Au-delà de l'austérité

 Par Bill Mitchell Beyond Austerity 18 Mars 2011 Bill Mitchell est Professeur de recherche en économie et Directeur du Centre du Plein Emploi et Équité (CofFEE), a l'Université de Newcastle, NSW (...)

 Article original.

Mis en ligne par noreply@blogger.com (aliena)
 13/05/2011

Au-delà de l'austérité

 Par Bill Mitchell Beyond Austerity 18 Mars 2011 Bill Mitchell est Professeur de recherche en économie et Directeur du Centre du Plein Emploi et Équité (CofFEE), a l'Université de Newcastle, NSW (...)

aliena economic hub

Traductions française des textes de différents économistes de langue anglaise, qui se consacrent a l’étude de la Modern Money Theory (MMT).

"La différence cruciale entre un système monétaire basé sur une monnaie convertible en or et une monnaie fiduciaire (fiat) est que sous un système étalon-or, le gouvernement national doit émettre de la dette pour couvrir ses dépenses au delà des revenus de l’impôt.

La fin de Bretton Woods fut l’interruption finale entre les matières premières qui ont une valeur intrinsèque et les monnaies nominales.

Depuis ce moment, les gouvernements ont utilisés la monnaie fiduciaire (fiat) comme base du système monétaire."

Une des conclusion fondamentale de MMT est qu’il n’y a pas de différence fonctionnelle (pour un État souverain émetteur en monopole de sa monnaie dans un monde à taux de change flottant) entre un « bon du Trésor » et la « monnaie », sauf en ce qui concerne le terme (intérêts contre aucun intérêt) et la durée. Ainsi, il n’y a pas de différence entre un déficit « financé » par l’émission d’obligations et par la création monétaire directe - les deux sont « inflationnistes » (ou non) dans le sens où ils ajoutent à la demande globale, et les deux ajoutent des actifs financiers nets (monnaie) au secteur privé.

Le croque-mitaine de la « planche à billets » est une relique de l’époque de l’étalon-or, dans lequel la « monnaie » était convertible en or et la « dette » ne l’était pas.

Les ressources réelles peuvent être « imprimées » à la condition qu’il y ait des capacités inutilisées dans l’économie. Si le gouvernement embauche les chômeurs, le travail qui est effectué est un travail qui n’aurait pas été réalisé autrement et représente une production qui aurait été perdue à jamais.

Les articles 

L’épouvantable NAIRU est toujours d’actualité !

10/03 | Par Bill Mitchell The dreaded NAIRU is still about!16 Avril 2009 Traduction collective avec Frapper Monnaie Bill Mitchell est (...)

Irlande contre les US : un seul des deux a une crise de la dette (publique)

19/06 | Ireland versus the United States: Only One of Them Has a Debt Crisis Interview de Stephanie Kelton par Dara McHugh, Coordinatrice de (...)

Au-delà de l'austérité

13/05 | Par Bill Mitchell Beyond Austerity 18 Mars 2011 Bill Mitchell est Professeur de recherche en économie et Directeur du Centre du Plein (...)

L'ABC du "Quantitative Easing" (QE)

12/05 | Par Bill Mitchell Quantitative easing 101 13 Mars 2009 Bill Mitchell est Professeur de recherche en économie et Directeur du Centre du (...)

Quand vous avez des amis comme ça ... Partie 4

24/03 | Par Bill Mitchell When you’ve got friends like this … Part 4 21 Mars 2011 Bill Mitchell est Professeur de recherche en économie et (...)

L'abc du déficit budgétaire – Troisième partie

21/02 | Par Bill Mitchell Deficit spending 101 – Part 3 2 Mars 2009 Bill Mitchell est Professeur de recherche en économie et Directeur du Centre (...)

L'abc du déficit budgétaire - Deuxième partie

17/02 | Par Bill Mitchell Deficit spending 101 – Part 2 23 Fevrier 2009 Bill Mitchell est Professeur de recherche en économie et Directeur du (...)

L'abc du déficit budgétaire - Première partie

16/02 | Par Bill Mitchell Deficit spending 101 – Part 1 21 Fevrier 2009 Bill Mitchell est Professeur de recherche en économie et Directeur du (...)

Nos enfants n'auront jamais besoin d'envoyer leur production réelle dans le (...)

17/12 | Par Bill Mitchell Our children never hand real output back in time 13 Decembre 2010 Bill Mitchell est Professeur de recherche en (...)

Une monnaie internationale ? Espèrons que non !

13/12 | Par Bill Mitchell An international currency? Hopefully not! 3 Novembre 2009 Bill Mitchell est Professeur de recherche en économie et (...)

Le desastre que la zone euro s'impose a elle-même

23/11 | Par Bill Mitchell Euro zone’s self-imposed meltdown Lundi 12 Octobre 2009 Bill Mitchell est Professeur de recherche en économie et (...)

La mythologie néo-libérale

9/11 | Par Bill Mitchell Bill Mitchell est Professeur de recherche en économie et Directeur du Centre du Plein Emploi et Équité (CofFEE), a (...)

Vos commentaires

Nouveautés sur le Web 

 cette semaine: 1 article référencé

Les relocalisations sont-elles possibles ?

  8/07 | Il est de bon ton de dire qu'il est temps de relocaliser les industries chez nous plutôt que les envoyer à l'autre bout du monde. (...)

Renouveau de la monnaie « Banque Centrale » ?

30/06 | Aujourd’hui la monnaie créée par la banque centrale, c’est-à-dire les billets et les pièces, pèse peu dans le montant de monnaie échangé dans (...)

L’UE, la Chine et les autres …

21/06 | L’attitude des dirigeants de l’UE vis-à-vis de la Chine est en train de changer, et la crise liée au Covid-19 a précipité l’évolution. Ces (...)

Future explosion des faillites en France

20/06 | Selon la COFACE, le nombre de faillites en France devrait croître de 21% en 2020, et concerner 200.000 emplois. Ceci ne se voit pas (...)

Les déficits se creusent

20/06 | Le déficit de l’assurance chômage pourrait atteindre 25,7 milliards d’euros en 2020. Plusieurs raisons à cela. Le chômage croît fortement, (...)

L’intérim, indicateur avancé ?

17/05 | L’intérim s’est effondré à la fin du mois de Mars, dès le début du confinement. -17% à la fin mars par rapport à la fin de 2019. L’indicateur (...)
 Izuba | 2002 · 2020