El Jadida : « Je me souviens », une création inédite

Abdelali Najah - 28/03/2013
Image:El Jadida : « Je me souviens », une création inédite

Théâtre Afifi d’El Jadida
Concerts à El Jadida, Meknès, Rabat

L’Institut Français du Maroc a organisé un concert intitulé « Je me souviens » au théâtre Afifi à El Jadida le 15 mars 2013. Ont assisté à cette création inédite Mme. Evelyne SENGSUWAN Consule Générale adjointe, Mr. Mouâd EL JAMAI Gouverneur de la province d’El Jadida, Mr. Bertrand COMMELIN Directeur général de l’Institut français du Maroc, les représentants de la Direction régionale de la Culture de Doukkala-Abda, les représentants de la Municipalité d’El Jadida, les représentants de l’Institut français d’El Jadida, ainsi que d’éminentes personnalités du monde de l’art et du spectacle.

Dans son allocution d’ouverture du concert, Mr. Bertrand COMMELIN Directeur général de l’Institut français du Maroc a mis en exergue les liens bilatéraux dans le domaine de la culture qui unissent le Maroc et la France. En suite, il a rappelé que la première de la Saison Culturelle France-Maroc 2013 se tient ce soir au théâtre Afifi. « Ce soir est un moment exceptionnel de l’histoire de l’Institut français du Maroc mais aussi des relations culturelles qui unissent nos deux pays, » a-t-il ajouté.

« Je me souviens » : une création inédite de 22 chanteurs.

Selon un communiqué de presse, Les scènes musicales françaises et marocaines chantent leurs premiers émois musicaux. La mémoire subjective des 22 créateurs des deux côtés de la Méditerranée est le thème et la matière première de cette création franco-marocaine.
Casablanca, le 21 février 2013. Totalement initiée par l’Institut français du Maroc, la création inédite « Je me souviens », programmée dans le cadre de la Saison Culturelle France Maroc 2013, a démarré le 7 mars 2013 dans les 11 villes du Maroc abritant un site de l’IfM. 11 artistes français sélectionnés, qui ont arrivé au Maroc le 6 mars 2013, ont rejoint leurs homologues, 11 artistes marocains choisis, pour une résidence d’artistes de 10 jours.
Ainsi, 11 binômes, répartis dans 11 villes du pays, ont fait vivre l’âme de cette création, totalement inédite et imaginée, autour de leurs chansons « déclic ».

« Je chante, parce qu’un jour . . . j’ai entendu chanter », c’est autour de la réponse à cette question que se naîtra la création « Je me souviens ». Dès le 7 mars, pendant trois jours, dans les 11 villes abritant les sites de l’Institut français du Maroc, aux quatre coins du pays, ces drôles de couples ont participé à un petit jeu musical : s’apprendre mutuellement « leur » chanson déclic. « Si je chante, c’est parce qu’un jour j’ai entendu… » : la mémoire est au centre de la création, les souvenirs sont sollicités, partagés, voire transmis. Chacune et chacun, sur ses premiers émois, a rêvé de tout, peut-être même de chanter un jour, et le fait partager avec son « complice ».
Onze concerts en duo, simultanés, ont conclu cette première séquence le 9 mars 2013. Les 22 chanteuses et chanteurs se sont retrouvés ensuite pour travailler sur la scène du théâtre d’El Jadida, avec un orchestre et dirigés par l’arrangeuse Sarah Murcia.

Après ces 11 célébrations, qui confirment le rôle de passeur de valeurs artistiques de l’IfM, sont venus les temps forts de « Je me souviens » : un concert à El Jadida le 15 mars, un deuxième concert le 16 mars à Meknès, et un troisième concert final le 17 mars à Rabat, les trois concerts ont réuni la grande famille « Je me souviens ». Ces trois spectacles « grand format » se distinguent par leur matière musicale : à travers la subjectivité du jeu, les 22 chansons choisies racontent à leur manière l’histoire d’un choix ; celui de devenir chanteur ou chanteuse en France ou au Maroc.

Il était une fois au Théâtre Afifi

La mémoire subjective des 22 artistes va donner naissance à des brides de souvenirs qui puisent dans l’art de la deuxième moitie du siècle dernier. Frank Monnet chante « Parle plus bas » de Dalida façon « Le parrain », le binôme Kid with no eyes et Yasmine Madjour répertorient « Redemption Song » de Bob Marley façon soul blues, un Loic Lantoine à « A la claire fontaine » de Trad « tabassé » par la flûte et au pipeau, le binôme Nicoles Jules et Soultana chantent « A rose is still a rose » d’Aretha Franklin en Anglais, en Français et en Arabe façon Rap, une Alice Lewis chante « Ya Belarej » de Nasreddine Chaouli façon pop « nouvelle génération » française et un François Marry interprète « Almatel El Ali » d’Ismaël Ahmed aux accents pop…pour ne citer qu’eux.

Pour ce faire, Sarah Murcia directrice musicale du concert, fait appel aux émois des artistes, ainsi que l’imaginaire collectif branché de l’époque. En plus, le spectateur qui sera de la partie, se souvient et participe à l’éclosion du spectacle. Une mise en scène originale voire spectaculaire, où les deux narrateurs s’entretuent à la manière « Al Capone », ou bien encore l’un d’entre eux porte un costar et des chaussures femmes rouges façon Dustin Hoffman à la « Tootsie » et une Alice Lewis coiffé à la manière James Dean pour interpréter « Ya Belareje »….

Côté composition, Pierre Walfisz directeur artistique du concert, interpelle aussi les premiers émois des artistes, ainsi que leurs talents artistiques à savoir une palette de musique qui a marqué le répertoire musicale mondiale, et qui est composée essentiellement de jazz, de pop, de rap et de la musique andalouse et bien d’autres.

Maurice Blanchot ne disait-il pas que celui qui veut se souvenir doit se confier à l’oubli, à ce risque qu’est l’oubli absolu et à ce beau hasard que devient alors le souvenir.

JE ME SOUVIENS…

Création : 7-9 mars
Concerts de restitution le 9 mars dans les 11 sites en simultané
Création d’un concert grand format : 10-15 mars El Jadida
Agadir, Casablanca, El Jadida, Fès, Kénitra, Marrakech, Meknès, Oujda, Rabat, Tanger et Tétouan
Concerts grand format :
15 mars El Jadida
16 mars à Meknès
17 mars à Rabat

Liste des artistes français et marocains en binôme :

FES : Jeanne Added / Anass Med El Issmael
KENITRA : Alice Lewis / Soukaina Fahsi, accompagnée de Choaib Bendagha
CASA : Camélia Jordana accompagnée de sa pianiste / Oum + deux musiciens Damian Nueva et Yacir Rami
MARRAKECH : Nicolas Jules / Soultana + Djette Cathy
AGADIR : Pascal Danae / Karima El Maloumi
TANGER : Franck Monnet / Soufiane Mazin
MEKNES : Fred Poulet / Mehdi K-libre
TETOUAN : Seb Martel / Amine et Fatine Sordo
RABAT : Kidwithnoeyes (Clément Verzi) / Yasmine Madjour
EL JADIDA : François Marry (François & the Atlas Mountains) / Haj Tissa
OUJDA : Loïc Lantoine / Ilyasse El Othmani
Les comédiens : Ghassan El Hakim et Nicolas Martel
Arrangeuse en chef : Sarah MURCIA

Écrivain et Journaliste.

Je suis marocain. J’ai fait des études en sociologie au Maroc (Université Mohamed 5) et en France (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis).

 28/03/2013

 Vos commentaires

Articles référencés 

Provinces du sud du Maroc. Le rapport 2022 de l’UE traduit la qualité du partenariat avec le Royaume
28/01/2023
Protection des données personnelles. Vers la création d’un réseau méditerranéen des experts et organismes spécialisés
28/01/2023
ANAPEC. Coup d’envoi du nouveau plan stratégique à horizon 2026
28/01/2023