50e anniversaire des accords d’Evian

France-Algérie : Fausse guerre et fausse paix, qu’on célèbre aujourd’hui

dans les méandres glauques de la « guerre révolutionnaire »

Le cinquantième anniversaire des accords d’Evian laisse sans voix. Ci-dessous, un communiqué du MRAP évoque le nécessaire travail des historiens ayant à revenir sur ces “événements” d’Algérie. Il appelle aussi à la reconnaissance comme “crime d’Etat” du massacre du 17 octobre 1961 « et des jours qui ont suivi ».

« Si horrible, qu’on ne saurait qu’en dire. Car c’est nous, nous-mêmes, nos parents, nos frères, comme nos enfants qui auront été manipulés, jusqu’au cœur de nos âmes... »

En consultant les travaux d’historiens, comme ceux de Jean-Luc Einaudi, sur ce désormais fameux 17 octobre, on vérifie en effet que ce ne fut pas une date isolée. C’est de 1958 à 1962, pendant quatre longues années, que le préfet Maurice Papon organisa la persécution, la torture et le meurtre d’algériens, à Paris et alentour.

Quatre années pendant lesquelles des centres de tortures étaient installés dans Paris, à Vincennes – dans les locaux de l’actuel « centre de rétention » où l’on enferme les sans-papiers, aujourd’hui, dans des conditions abjectes ; dans le 13e, dans le 18e ; à Nanterre.

Quatre années, de 1958 à 1962, pendant lesquelles deux brigades spéciales de chasse aux algériens sévissaient dans Paris. Maurice Papon n’aura jamais été jugé pour ça. Tous les faits relevants de la guerre d’Algérie n’ont-ils pas été amnistiés ?

Une guerre qui avait commencé quatre ans plus tôt, en 1954. Une vague d’assassinats gratuits avait ouvert le bal, en cette « Toussaint rouge ». Huit années d’horreur. Tant de morts.

En 1830, les français étaient arrivés dans l’idée que “l’extermination est le procédé le plus élémentaire de la colonisation”, ainsi que pouvait le déclarer, placidement, un ministre de Louis-Philippe.

Après plus de 15 ans d’horrible conquête, les soldats massacreurs de la monarchie de juillet se retourneront contre les ouvriers de Paris, pendant les sanglantes journées de juin 1848.

Un siècle après, en Indochine, l’armée coloniale découvrait les charmes de la guerre révolutionnaire. Une guerre politico-militaire, où la manipulation des esprits compte plus que des divisions blindées. Aussitôt élaboré, aussitôt mise en œuvre, avec « succès », jusqu’en 1954. L’Indochine, c’est fini, et le colonel Lacheroy ouvre son école à Arzew, en Algérie.

Le terrorisme, élément majeur des stratégies de « guerre révolutionnaire », n’aura presque pas été utilisé en Indochine. (Sauf à un moment, et « c’était pas nous », mais « un américain bien tranquille », ainsi que le raconte Graham Greene, corroboré par le colonel Trinquier…) En Algérie, par contre, dès le départ le terrorisme est au centre du jeu. Le terrorisme aveugle, imbécile. Qui rend impopulaire celui qui le commet, mais n’est-ce pas le but de celui qui le manipule, que de rendre impopulaire cette cause qu’il combat en même temps qu’il la soutient ?

Il fallut attendre bien des années pour que Pierre Guillaumat, le papa de la bombe atomique et de tant de choses, directeur des carburants dès 1944, avoue, dans une interview tardivement publiée, qu’en tant que patron des pétroles français, il avait financé le FLN, tout-au-long de la guerre d’Algérie, pour garantir la sécurité des installations pétrolières – qui seront en effet indemnes de tout attentat en dépit des milliers de kilomètres de pipe-line. Pierre Guillaumat avait aussi rempli la fonction de ministre des armées du général de Gaulle, en 1958. On lui devrait en particulier le soutien au DOP – le dispositif opérationnel de protection –, sous le nom duquel s’était institutionnalisée la torture.

D’un côté, il torturait, de l’autre, il finançait les poseurs de bombes...

Fausse guerre et fausse paix, qu’on célèbre aujourd’hui.

Si horrible, qu’on ne saurait qu’en dire. Car c’est nous, nous-mêmes, nos parents, nos frères, comme nos enfants qui auront été manipulés, jusqu’au cœur de nos âmes...

(...)

Lire la suite sur le site Paris s’éveille

A lire également sur Paris s’éveille :

• Cinquante ans après la signature des Accords d’Evian : un long chemin reste à parcourir pour la réconciliation Franco-Algérienne

Illustration Madame Grinderche, Wikipedia, License : Domaine Public.

0 vote
Mis en ligne par Michel Sitbon
 20/03/2012

Vos commentaires

Nouveautés sur le Web 

 cette semaine: 25 articles référencés

L’enseignante Dalila Touat condamnée à 18 mois de prison pour ses opinions

  18/01 | La militante de Mostaganem, Dalila Touat, a été condamnée, ce lundi, là 18 mois de prison ferme, par le tribunal de Mostaganem, a appris (...)

Relaxe pour onze hirakistes et deux journalistes à Oran

  18/01 | Les 11 hirakistes et deux journalistes poursuivis à Oran pour «tentative de perturbation d’un rassemblement autorisé», «trouble à l’ordre (...)

Relaxe pour sept activistes du Hirak

  18/01 | Les sept activistes du Hirak jugés le 10 janvier dernier au tribunal de Larbâa Nath Irathen, dans la wilaya de Tizi Ouzou, ont finalement (...)

Le procès en appel reporté au 31 janvier

  18/01 | Le procès en appel de l'affaire de la société de fabrication et d'importation de médicaments GB Pharma, dans laquelle son (...)

Secousse tellurique de magnitude 3,3

  18/01 | Une secousse tellurique de magnitude 3,3 sur l'échelle de Richter a été enregistrée hier matin à 3h59 au nord-ouest de la commune de (...)

“La sécurisation de nos frontières est d’une importance primordiale”

  18/01 | En visite hier dans la région frontalière du sud-ouest du pays, le général-major Saïd Chanegriha a assuré que la priorité de l’institution (...)

Oran table sur 10 000 doses

  18/01 | Au cours d'un point de presse sur les préparatifs de la campagne de vaccination contre la Covid-19 animé, hier après-midi, le (...)

5 décès et 222 nouveaux cas

  18/01 | Deux cent vingt-deux nouveaux cas de Covid-19, 181 guérisons et 5 décès ont été enregistrés durant les dernières 24 heures en Algérie, a (...)

Le rapport Stora sur le dossier mémoriel rendu public mercredi

  18/01 | L'historien Benjamin Stora remettra officiellement mercredi au président français Emmanuel Macron son rapport sur “les mémoires de la (...)

Deux faussaires de billets en euros arrêtés

  18/01 | Deux faux monnayeurs de billets en euros, de 36 et 46 ans, ont été arrêtés, la semaine passée, par la Police judiciaire d’Amizour et une (...)

“Les étudiants doivent éviter les fausses déclarations”

  18/01 | Dans cet entretien, le consultant en immigration Sidi Mohammed Achachi décortique pour les lecteurs de “Liberté” les conditions d’entrée au (...)

Le personnel soignant en colère

  18/01 | Une protestation marquée par un débrayage ouvert dans tous les services de cet EPH, devenu, selon ses employés, le théâtre d’agressions (...)

Les articles 6

IMG: Naissance du Collectif des journalistes algériens autonomes (COJAA) Le collectif des journalistes autonomes (COJAA) est né. Dans son premier communiqué ce collectif réclame la levée de l’état d’urgence, l’ouverture des champs (...)
IMG: État de droit, gouvernance, démocratie : les enjeux actuel en Algérie Formation : Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme. État de droit, gouvernance, démocratie : les enjeux actuel en Algérie. Le 6 Janvier 2011 à (...)
IMG: ALGER : Conférence internationale contre la guerre et l'exploitation Les travaux de la 8ème Conférence internationale ouverte contre la guerre et l’exploitation ont eu lieu, les 27, 28 et 29 novembre 2010, en Algérie, en (...)
IMG: Relaxe envers les deux ouvriers non-jeuneurs Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme COMMUNIQUE. Ce matin 05 Octobre 2010, le tribunal correctionnel de Ain el Hammam à rendu une décision (...)
IMG: Conjugaison d'efforts des régimes maghrébins contre les militants des droits de l'Homme La Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH) dénonce les pressions exercées sur les militants des droits de l’homme dans les pays du (...)
IMG: Procès pour non respect de la contrainte du jeûne La ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH) apprend qu’un procès est engagé contre des citoyens devant le tribunal correctionnel de Aïn El (...)
 Izuba | 2002 · 2021