La corruption médiatique qui protège TEPCO et la censure gouvernementale des médias

FUKUSHIMA : corruption médiatique & censure des Médias

par Makiko SEGAWA, à Fukushima

FUKUSHIMA : la Corruption Médiatique qui Protège TEPCO et Censure Gouvernementale des Médias

À Tokyo, le 6 avril, en présence de Uesugi Takashi, un groupe de journalistes indépendants, a tenu une conférence de presse avec de nombreux membres du Democartic Party of Japan (DPJ) y compris l’ancien Premier ministre Hatoyama Yukio, mettant en doute l’interprétation des médias à la suite du désastre de Fukushima.

Kawauchi Hiroshi, un député membre du DPJ à la Chambre des Députés, a déclaré que « des Informations sur la diffusion des radiations devraient être correctement révélées à la nation. Cependant, jusqu’ici ça ne s’est produit qu’une fois ».

Kawauchi Hiroshi a expliqué la frustration des officiels locaux.

« Les informations de TEPCO (Compagnie d’Énergie Électrique de Tokyo) devraient être précisément transmises ». J’ai parlé au maire du village de Lidate (dans la zone de 30km), qui m’a dit : « Il n’y a aucune information et je ne sais pas que faire ». Uesugi Takashi a expliqué le coeur du problème derrière la désinformation et les rumeurs.

« Des journalistes indépendants et des médias étrangers suivent les faits, entrant même dans la zone d’exclusion des radiations. Cependant, étonnamment, le gouvernement du Japon continue à empêcher des journalistes indépendants et des médias étrangers d’accéder aux conférences de presse officielles au siège du Premier ministre et du gouvernement. »

Uesugi Takashi a déclaré que, depuis le 11 mars, le gouvernement a exclu tous les médias Internet et tous les médias étrangers de conférences de presse officielles de la « Situation d’Urgence ». Tandis que des médias étrangers se sont bousculés pour rassembler des informations sur les réacteurs du site nucléaire de Fukushima, ils ont été refusés d’accès aux informations directes fournies par le gouvernement, et une conséquence de cela est que « les nouvelles se sont répandues comme des rumeurs diffusées depuis l’étranger. »

En fait, l’accès a été limité de deux façons. En premier, tandis que le Secrétaire en chef du Cabinet, Edano Yukio, tient deux conférences de presse par jour pour les représentants des grands médias japonais, les représentants enregistrés de médias indépendants et d’Internet sont limités à une simple conférence de presse par semaine. Deuxièmement, par contraste avec les médias japonais qui sont informés régulièrement par Edano et, périodiquement, par le Premier Ministre Kan, les médias étrangers sont informés exclusivement par le personnel administratif.

Uesugi Takashi note aussi qu’aux conférences de presse de TEPCO, qui sont maintenant tenues au siège social, des correspondants étrangers et des journalistes indépendants japonais posent régulièrement des questions d’investigations, tandis que des journalistes pigistes enregistrent simplement et rapportent les déclarations de l’entreprise TEPCO, réitérant que la situation est essentiellement sous contrôle et qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Une raison à cela, suggère Uesugi Takashi, est que TEPCO, sponsor médiatique géant, a un budget publicitaire de 20 milliards de yens annuel.

En conséquence, « Les médias continuent à défendre les informations de TEPCO ! » Les médias japonais ne sont aujourd’hui pas différents des médias de la propagande de guerre qui ont continué à répéter, jusqu’à la dernière extrémité, que « le Japon gagne la guerre contre l’Amérique » s’est exclamé Uesugi. Il y a un exemple particulièrement révélateur des médias protégeant TEPCO par la suppression des informations. Cela concerne « le plutonium ».

Selon Uesugi, après l’explosion des tuyauteries de refroidissement des réacteurs, le 14 mars, il y a eu la préoccupation au sujet d’une possible fuite de plutonium notamment pour l’unité n°3.

Cependant, étonnamment, jusqu’à deux semaines après, quand Uesugi a posé la question, pas un seul représentant médiatique n’avait soulevé la question du plutonium aux conférences de presse de TEPCO.

Le 26 mars, en réponse à la question d’Uesugi Takashi, TEPCO a déclaré : « Nous ne mesurons pas le niveau de plutonium et n’avons même pas de détecteur pour le mesurer. » Ironiquement, le jour suivant, le Secrétaire en chef du Cabinet, Edano, a annoncé que « du plutonium a été détecté ».

Quand TEPCO a finalement diffusé des données sur le plutonium radioactif le 28 mars, il a déclaré que les plutonium-238,-239 et-240 ont été trouvés dans la terre, mais il a insisté sur le fait que ça ne posait aucun risque aux humains. Depuis, TEPCO n’a fourni aucune clarification sur la signification des découvertes de radiation issues du plutonium, la presse courante a simplement annoncé la présence de la radiation sans évaluation.

La Télévision Nippone, le 29 mars, a mis en titre, lors de son interview avec le Professeur Nakagawa Keiichi de l’Université de Tokyo, spécialiste des radiations : « Plutonium de l’usine nucléaire - aucun effet sur le voisinage (environnement proche). »

Le 15 mars, Uesugi Takashi a critiqué TEPCO pour son attitude fermée envers l’information sur un programme de radio TBS. Pour cela, il a été immédiatement renvoyé de son programme régulier. Le scandale impliquant la mise sous silence des médias par TEPCO a pris une tournure intéressante deux semaines plus tard.

Au moment du désastre, le 11 mars, le Président de TEPCO, Katsumata Tsunehisa, accueillait des douzaines de cadres de médias courants dans « une session d’étude » en Chine.

Quand le journaliste indépendant, Tanaka Ryusaku, a demandé pourquoi, à une conférence de presse de TEPCO le 30 mars, Katsumata a défendu cette pratique, il lui a été répondu : « C’est un fait que nous avons voyagé ensemble en Chine, » a-t-il dit, « [TEPCO] n’a pas payé toutes les dépenses du voyage, mais nous avons payé plus qu’eux. Certainement ce sont les cadres des mass-médias, mais ils sont tous membres de la session d’étude. »

Quand Tanaka Ryusaku a demandé les noms des cadres médiatiques accueillis par TEPCO en Chine, Katsumata a répliqué, « je ne peux pas révéler leurs noms puisque c’est une information privée. »

Mais c’est précisément de telles relations collusoires (d’entente secrète) entre les médias courants, le gouvernement et TEPCO, que résulte la censure de l’information concernant les problèmes nucléaires.

Dorénavant, le Gouvernement japonais a pris des mesures contre les reportages indépendants et la critique de la politique du Gouvernement à la suite du désastre nucléaire, en décidant de quels citoyens peuvent ou ne peuvent pas parler en public. Une nouvelle équipe de « projet » (Ndlr : en d’autres termes plus explicites « équipe de censure ») a été créée par le Ministère des Affaires Intérieures et de la Communication, l’Agence Nationale de Police et METI, pour combattre les « rumeurs » considérées nuisibles pour la sécurité japonaise à la suite du désastre de Fukushima.

Le gouvernement prétend que les dégâts causés par les tremblements de terre et par l’accident nucléaire sont amplifiés par des rumeurs irresponsables et qu’il doit agir pour le bien public.

L’équipe du « projet » a commencé à envoyer des « lettres de requête » à des organisations telles que les opérateurs de téléphonie, les fournisseurs d’accès à Internet, des stations de télévision câblée et d’autres, exigeant qu’ils « prennent des mesures adéquates basées sur les directives en réponse aux informations illégales. » Les mesures incluent l’effacement de toute information de sites Internet que les autorités considèrent nuisible pour l’ordre public et la moralité.

Communiqué de Next-Up / Cartoradiations du 3 mai

Communiqué du 3 mai 2011

Il est constaté depuis quelques jours qu’un blackout se met en place au Japon concernant les informations relatives à la situation nucléaire.

Cette constatation est conforme en résultats issus de la censure gouvernementale imposée aux médias.

Concrètement, par exemple la chaîne de télévision « officielle » NHK qui jusqu’à présent couvrait l’événement de façon relativement objective (il était assez facile de « décrypter » la ligne éditoriale) et qui était une des sources d’informations et d’images non controversées pour Cartoradiations, vient de changer totalement sa ligne rédactionnelle en éliminant la quasi-totalité des news pertinentes relatives à la situation nucléaire du Japon.

Seules les chaînes Chinoises, Russes et Sud-Coréennes informent encore au mieux objectivement de la situation.

Malgré nos multiples sources d’informations japonaises, notamment celles de nos correspondants, journaux, agences de presse et autres médias qui génèrent en moyenne une information (généraliste) par minute, le blackout devient de plus en plus palpable et évident sur le nucléaire.

Depuis 24 heures par exemple il est impossible d’avoir une seule information concernant les événements en cours à la centrale de Tsuruga qui avait été impactée par le tremblement de terre du 11 mars. Il ne fait aucun doute que les gaines de zirconium des barres (crayons) de combustible du réacteur 2 à eau pressurisée (idem que ceux français) génèrent des fuites radioactives dans le circuit primaire. Il était évoqué dans les derniers communiqués une possible porosité (trous d’épingles) des gaines de zirconium pour expliquer les fuites radioactives constatées.

Paradoxalement se sont les USA qui commencent à fournir le plus grand nombre d’informations pertinentes, mais elles concernent essentiellement l’évolution de l’état environnemental US qui commence à être de plus en plus impacté par les contaminants de la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Nous pensons qu’il est maintenant de plus en plus nécessaire et impérieux pour une information objective indépendante accessible à tous que l’organisation puisse mettre en œuvre les moyens matériels pour savoir exactement qu’elle est l’évolution en temps réel de la contamination en France. A ce jour, les moyens dont nous disposons, compteurs Geiger et collecteur de particules ne sont pas suffisants, il serait vital de mettre en œuvre un analyseur spectral avec liaison on line pour retranscrire sur internet en temps réel de façon visuelle graphique l’évolution de la contamination en France.

Merci d’aider les bénévoles de l’organisation qui n’a aucune subvention à atteindre ce but de salubrité publique.


Makiko Segawa est journaliste à l’Agence de Presse Shingetsu.

Elle a préparé ce rapport à Fukushima et Tokyo. Elle peut être contactée à shingetsunewsagency @ gmail.com

Citations Recommandées : Makiko Segawa, Fukushima Residents Cherche des Réponses Parmi les Signaux Mélangés de Médias, TEPCO et le Gouvernement. Le rapport de la Zone d’Exclusion de Radiations, le Journal d’Asie-Pacifique Vol 9, Publication 16 No 2, du 18 avril 2011.

Traduction : Christine, vérifications Dominique et Hugo

[Source : http://www.cartoradiations.fr]


Comment aider Next-up organisation dans son combat ?

URGENT INFORMATION DE LA POPULATION et SANTÉ
CONTRÔLE PERMANENT DES RADIATIONS IONISANTES EN FRANCE

Aider Next-up dans son combat,
notamment pour lui permettre l’acquisition d’un appareil électronique d’analyse spectrométrique
destiné à la mise en ligne permanente du graph des données (valeurs) du collecteur de particules.

Next-up organisation
13, rue Carnot
26400 CREST - France

Faites un don déductibe

0 vote
Mis en ligne par La rédaction
 7/05/2011

Vos commentaires

Nouveautés sur le Web 

 cette semaine: 32 articles référencés

Pollution de l'air : le Conseil d'État ordonne au gouvernement d'agir, sous (...)

  10/07 | Dans une décision rendue publique le 10 juillet, le Conseil d'État — la plus haute juridiction administrative française — a constaté (...)

Lubrizol poursuit sa réouverture progressive, au grand dam des associations et élus (...)

  10/07 | Mardi 7 juillet 2020, le conseil départemental de l'environnement et des risques sanitaires et technologiques (Coderst) de (...)

Budget : les députés ne prennent pas en compte les mesures de la Convention climat

  10/07 | Le 9 juillet, le projet de loi de finances a été voté en séance publique à l'Assemblée nationale en première lecture. Parmi les (...)

La justice condamne la construction illégale du barrage de Caussade

  10/07 | La justice a condamné, ce vendredi 10 juillet, les responsable de la construction illégale du barrage de Caussade, dans le (...)

600 photos de papillons nocturnes

  10/07 | « Hétérocères diurnes », de Rainer Ulrich et Odile Koenig présente 339 espèces de papillons de nuit (Hétérocères) que l'on peut observer (...)

En Allemagne, le militant Loïc Schneider condamné à trois ans de prison

  10/07 | Vendredi 10 juillet s'est tenu le procès de Loïc Schneider, un militant poursuivi pour des dégradations survenues lors des (...)

Le 3 octobre, marchons sur les aéroports !

  10/07 | « Utiliser l'argent public pour maintenir sous perfusion une industrie incompatible avec la préservation de conditions de vie dignes (...)

EPR : la Cour des comptes étrille la filière nucléaire

  10/07 | Dans un rapport très critique dévoilé ce jeudi, la Cour des comptes attaque les dérives et les surcoûts des EPR français et étrangers. Elle (...)

Irrigation : des associations manifestent contre la région Nouvelle Aquitaine

  10/07 | Le samedi 11 juillet, à Poitiers, dans le Marais Poitevin et à Bordeaux, plusieurs associations, organisations et collectifs (...)

Projet T4 de terminal à Roissy : 0/20, à revoir, selon l'Autorité environnementale

9/07 | L'Autorité environnementale (Ae) a émis une salve de critiques à l'égard du projet de nouveau terminal T4 de l'aéroport (...)

Briser l'omerta : des journalistes bretons s'unissent face aux pressions de (...)

9/07 | En Bretagne, des journalistes se sont réunis en collectif contre la « loi du silence » imposée par l'agroalimentaire. Procès-bâillons, (...)

[EXPO] Portraits de précaires pendant le confinement

9/07 | « Nous ne sommes pas en voyage » est une exposition de portraits et témoignages d'usagers de l'accueil de jour des Grands Voisins, (...)

Les articles 4

IMG: L'Appel de Niono contre le nucléaire en Afrique L’Appel de Niono contre le nucléaire en Afrique et pour l’abolition des armes Nucléaires L’explosion récente de la centrale de Fukushima au Japon en 2011 remet (...)
IMG: Fukushima : une contamination alarmante ! L’Association pour le contrôle de la radioactivité dans l’Ouest (Acro) a relevé des niveaux de pollution « alarmants » dans « l’environnement terrestre et marin » (...)
IMG: Contamination radioactive de la chaîne alimentaire planétaire En août 1945, alors que le Japon s’était militairement effondré, la mafia globaliste des prédateurs militaro-industriels initia la 3 ème guerre mondiale en (...)
IMG: Société nucléaire, société totalitaire ! Alors que le Japon a subi une catastrophe majeure, la centrale de Fukushima est toujours confrontée à un accident nucléaire dont le niveau de gravité a (...)
 Izuba | 2002 · 2020