La conception du projet final est prévue en octobre 2014

Sculpture monumentale à Villa Janna : projet final en octobre 2014

Interview exclusive de Pascal François

Villa Janna est un lieu d’exception entièrement construit en terre crue, dans le respect de l’environnement et des traditions marocaines.
A 20 minutes de la médina de Marrakech, un décor de rêves avec tous les équipements nécessaires à l’organisation des stages, des formations, des séminaires, des réceptions, des mariages et des expositions.

L’originalité de ce lieu paradisiaque, alliant le confort de la modernité à l’harmonie des espaces naturels, enchantera tous les amoureux de l’architecture en terre crue. Une sculpture monumentale en terre crue est actuellement en projet sur le site.

La conception du projet final est prévue en octobre 2014.

Afin de découvrir ce lieu exceptionnel, l’article Pascal François a eu l’amabilité de nous accorder une interview exclusive sur son projet artistique.

Pouvez-vous nous parler de la genèse de votre projet de sculpture monumentale à Villa Janna dans la palmeraie de Marrakech ?

P.F : J’ai découvert Villa Janna par un concours de circonstances. Tout d’abord une rencontre avec l’écrivain Patrick Lowie, durant la dernière biennale d’art contemporain de Marrakech. J’étais alors à la recherche d’un lieu pour envisager une résidence de travail pictural, conjointement avec une auteur(e), Aurélia Maillard Despont, pour un projet d’exposition prévu en Suisse en 2015. Patrick venait juste de créer les Maisons Internationales de la Poésie et du Livre (MIPL). C’est lui qui ensuite m’a fait découvrir la Villa Janna, située dans la palmeraie de Marrakech,dont il assure à présent la programmation culturelle pour l’amphithéâtre nommé « Amphiterre ».

J’ai été marqué par cet endroit, entièrement construit en terre crue, dont l’architecture est une réussite à plus d’un titre. C’est donc naturellement qu’a germé l’idée de proposer à Denis Coquard, son créateur, d’y édifier une sculpture monumentale réalisée dans le même matériau. Cette possibilité m’ouvrait de nouvelles perspectives en termes d’expression de la forme. Après quelques rencontres et discussions, nous avons décidé de nous lancer dans cette aventure.

Voulez-vous nous décrire votre projet ?

P.F : Villa Janna, qui signifie Paradis en langue arabe, est un endroit magnifique, arboré, où la présence de l’eau dans cet espace de 2,5 hectares se ressent comme un défi à la sécheresse de son environnement. Mes travaux récents m’avaient amenés en 2014 à séjourner plusieurs fois à Safi, lieu où l’océan Atlantique est pour moi une source d’inspiration. La sculpture « aCross Mohammed », emblématique de ma dernière exposition, à l’abbaye Saint-André (France), est un assemblage structuré à partir d’une vertèbre de baleine. Naturellement et dans la continuité de cette histoire, j’ai envisagé de réaliser cette sculpture monumentale en percevant une animalité surgie des eaux. Catherine Van Der Meulen, directrice à Villa Janna, souhaitait quant à elle que nous puissions orienter ce travail vers le monde de l’enfance. L’histoire s’orientait alors comme un conte pour enfant.

En résumé, l’histoire est celle d’une baleine croisant au large de la baie de Safi et qui, après avoir englouti un navire dont elle tire ses ailes à partir des voiles, s’envole au-dessus des flots et part en quête d’un paradis qu’elle sait, sans l’avoir jamais vu, se trouver à Marrakech. Elle se pose enfin dans un jardin d’oliviers à Villa Janna et pond des œufs, des incubateurs de poètes. En dehors de sa portée symbolique et poétique, ce projet est ambitieux par sa réalisation technique et par ses dimensions (6 mètres sur 8). Le binôme architecte – sculpteur est la base essentielle pour la réalisation d’un projet de ce type.

Pour ce faire, vous avez travaillé avec Ahmed Laghrissi, céramiste et maître-potier à Safi, des premières maquettes dans son atelier durant une résidence de travail…

P.F : En effet, je nourrissais le désir de réaliser des sculptures en terre cuite depuis quelques mois, les envisageant comme une suite logique à mes sculptures en pierre. J’étais allé pour cela à Safi où j’ai fait la connaissance d’Ahmed Laghrissi. Plus qu’un céramiste, c’est un véritable artiste dont la sensibilité, l’accueil et l’atelier m’ont définitivement séduit. Dans le cadre du projet Villa Janna, il est nécessaire de réaliser des maquettes afin d’envisager et de visualiser une monumentalité. C’était pour moi l’occasion de commencer à prendre mes repères dans l’atelier d’Ahmed, sur la colline des potiers. Un point de départ pour une collaboration technique et artistique. La maquette définitive de cette « baleine de paradis » sera réalisée au 1/10e dans cet atelier et ensuite exposée en octobre à Villa Janna.

Vous concevez votre projet comme une jonction d’une série de recherches plastiques et littéraires à savoir croquis, dessins, terres cuites, photographies, iconographies et textes. Voulez-vous nous en dire davantage ?

P.F : Comme je vous le disais, l’idée de la baleine était déjà amorcée dans ma dernière exposition « Chroniques d’une bataille aux frontières » (Juin-Juillet 2014) au travers du visuel de l’affiche et dans le texte accompagnant la sculpture « aCross Mohammed ». Le lien avec Safi, son port de pêche, son chantier naval, son histoire et son état actuel. Il y eut aussi la récente lecture d’une nouvelle de Dino Buzzati « Le K », dont le « Désert des tartares » avait influencé l’orientation de mes « Chroniques ».

Tout ceci s’est entremêlé de terre cuite, de dessins et de textes pour découvrir enfin une forme épurée qui sera, je l’espère, en adéquation avec le lieu d’édification de la sculpture. De nombreuses prises de vue de l’emplacement retenu, entre amphithéâtre, douar et piscine ont permis d’envisager les meilleurs proportions ainsi que l’orientation géographique de la forme. Ce laboratoire d’idées, l’avant-projet, sera exposé prochainement à Villa Janna en attendant la conception du projet final, prévu en octobre 2014.

Pourquoi avez-vous choisi la terre crue pour votre projet sculptural ?

P.F : Pour plusieurs raisons. La plus évidente est que j’ai tout de suite pressenti qu’il fallait une symbiose avec le bâti orchestré par Denis Coquard, donc de la terre crue. Et puis, j’avais envie de sortir du matériau pierre, que je travaille depuis vingt ans sous différentes formes. Me confronter à une autre matière naturelle.

La terre a une portée symbolique forte, elle véhicule à la fois un sentiment de fécondité et d’impermanence. L’idée que la sculpture sorte de terre, concrètement, puisque la matière nécessaire proviens du site, me séduis vraiment.

Pourquoi une monumentalité en terre crue ?

P.F : Tout simplement parce que c’est un défi et un désir en même temps. Cette sculpture sera la première du genre. Une sculpture monumentale en terre crue mais aussi un espace habitable conçu comme un rêve d’enfant.

C’est également une manière d’orienter le regard du public sur le travail de réhabilitation mené par Denis Coquard de cette pratique ancestrale, fondamentale et plus que jamais d’actualité, qu’est la construction en terre crue.

Vous pouvez suivre ce projet au travers d’un blog dédié, jannasculpture.blogspot.com, ou par le site de l’artiste, pascalfrancois.com

Toutes les informations sur Villa Janna sur le site villajanna.com et sur les activités des Maisons Internationales de la Poésie et du Livre sur mipl.net

Vos commentaires

Nouveautés sur le Web 

 cette semaine: 5 articles référencés

Lancement du nouveau dispositif CLAP-ACP

  10/07 | Le 24 juin au marché du film virtuel du festival de Cannes 2020 dans le cadre du Pavillon des cinémas du monde de l’Institut français et (...)

Tout simplement noir, de Jean-Pascal Zadi et John Wax

  9/07 | Sorti le 8 juillet 2020, Tout simplement noir est en tête du box-office des salles françaises. Il y a de quoi : cette comédie déjantée (...)

Lidl : « Quand tu y allais, on en revenait »

9/07 | Cette semaine, les baskets Lidl revendues sur eBay pour plus de mille euros ont fait la une des médias. Sur les réseaux sociaux, certains (...)

Covid-19 ou la main tendue aux artistes à Moroni

8/07 | L’archipel des Comores, comme le reste du monde, vit ce temps apocalyptique, où le covid-19 régit tout. Muzdalifa House a demandé à (...)

Nouvelles opportunités de financement pour les réalisateurs et producteurs des pays (...)

6/07 | Co-organisée dans le cadre du Pavillon des cinémas d’Afrique le 23 juin par l’Agence culturelle africaine et le CNC au marché du film (...)

Ce que la littérature africaine doit à Cheikh Hamidou Kane

30/06 | J’apprends, je joins mes mains et j’applaudis : Cheikh Hamidou Kane est à l’honneur sur la scène littéraire africaine. Auréolé par le Grand (...)

On a trouvé un antidote à la charge raciale

30/06 | Depuis plusieurs semaines, la mobilisation antiraciste et contre les violences policières bat son plein. A la télé, on débat sur le (...)

Le manga en Afrique francophone (part. 2)

30/06 | Christophe Cassiau-Haurie passe en revue les créations africaines de manga francophone. Le genre est en plein expansion et donne un (...)

Porter haut et fort la voix des femmes dans les cinémas d’Afrique

29/06 | Premier panel du Pavillon des cinémas d’Afrique le 22 juin organisé par l’Agence culturelle africaine au marché du film virtuel du festival (...)

Le manga en Afrique francophone (part. 1)

23/06 | Christophe Cassiau-Haurie passe en revue les créations africaines de manga francophone. Le genre est en plein expansion et donne un (...)

« Vous les Kabyles, c’est pas pareil. »

23/06 | « – Vous les Kabyles, c’est pas pareil. » Toute ma vie, j’ai entendu cette phrase. Une phrase tronquée qui cache sa moitié raciste : « – Vous (...)

Sœurs de mères différentes

18/06 | Réalisatrice sénégalaise de 33 ans, Iman Djionne a travaillé sur les castings de films internationaux (Amin, Atlantique, Zerozerozero). Son (...)

Sites Web 8

African-paris.com

Galerie d'Art Premier - Paris Galerie L'Oeil et la Main, située à Paris, essentiellement consacrée aux arts premiers. 41 rue de Verneuil à Paris (derrière le musée (...)

Florence Béal-Nénakwé

Florence Béal-Nénakwé : Artiste peintre Camerounaise.

Maroc Infos Arts

Maroc Infos Arts Toute l'actualité des arts plastiques au Maroc

Les articles 24

IMG: Laeïla Adjovi - pour une mémoire tatouée de l'Afrique ancestrale En marge du festival Jawhara, Laeïla Adjovi expose ses photographies à la galerie Chaïbia Talal de la Cité portugaise à El Jadida du 7 au 30 Août (...)
IMG: Ivry : exposition des « Hommes debout » (photos) LES HOMMES DEBOUT XXe Commémoration du génocide des Tutsi au Rwanda, organisée par la Ville d’Ivry-sur-Seine et les associations Appui Rwanda et Ibuka. Du 7 (...)
IMG: « Les hommes debout » à Ivry-sur-Seine LES HOMMES DEBOUT XXe Commémoration du génocide des Tutsi au Rwanda, organisée par la Ville d’Ivry-sur-Seine et les associations Appui Rwanda et Ibuka. Du 7 (...)
IMG: Rwanda - Des hommes debout, à Bègles : « Oublier, c'est disparaître » A l’approche du 20ème anniversaire du génocide des Tutsi, la commune de Bègles, à l’initiative de son maire, Noël Mamère, inaugure le 30 novembre à 11 heures, à la (...)
IMG: Mohammed Berrada : « Rapt de voix », des évènements qui secouent le monde arabe L’Institut Français d’El Jadida organise une exposition de l’artiste peintre marocain Mohammed Barrada dans sa Galerie d’art, du 12 avril au 9 mai (...)
IMG: Amina El Bikri expose à El Jadida : « l'art au féminin » Journée mondiale de la Femme : Amina El Bikri expose à la galerie Chaïbia Talal dans la Cité portugaise d’El Jadida. La Direction Régionale de la Culture de (...)
 Izuba | 2002 · 2020