Communiqué du RNDP

52e Anniversaire du NON du peuple Guinéen à la Françafrique

par A. Randolph

A la suite des mobilisations du 28 septembre, qui ont réuni plusieurs milliers de militants de la cause africaine en France pour dénoncer la Françafrique et le pillage, par la France, des ressources des pays du « pré carré » français, le Dr. A. Randolph (RNDP) nous livre le message suivant :

MESSAGE A L’OCCASION DES MANIFESTATIONS AFRICAINES DANS LE CADRE DU 52e ANNIVERSAIRE DU NON DU PEUPLE GUINÉEN A LA FRANCE.

Chers Militantes et Militants de la Cause africaine,

En ce 52ème anniversaire du Non historique à la France par lequel la Guinée a ouvert la voie à l’indépendance et à la souveraineté nationale,emboîtant ainsi le pas au Togo qui l’avait fait par référendum, le 27 avril 1958, des Africaines et des Africains de la diaspora répandue dans le monde entier, ont voulu,dans un élan de solidarité non moins historique,commémorer de façon unitaire cet événement par des manifestations organisées simultanément dans de nombreux pays en criant leur révolte, leur « ras-le-bol » face aux malfaisances de la France en Afrique.

C’est une première depuis la dissolution de la FEANF, Fédération des Etudiants d’Afrique Noire en France, que des Africaines et des Africains des anciennes colonies françaises se mettent ensemble pour défendre l’avenir de leur continent, réclamer l’abolition du pacte colonial, la fin de la Françafrique en interpellant la France afin que ce pays réajuste et humanise sa politique africaine.

D’ailleurs, dans l’hexagone, des amis de l’Afrique regroupés dans certains partis politiques ou dans des associations civiles telle que Survie ou des organisations de défense des droits de l’homme demandent ce réajustement.

En organisant ensemble aujourd’hui des manifestations, nous entendons aussi planter une graine, la graine de la révolte, la graine de la résistance dans la conscience de chaque Africaine et de chaque Africain pour qu’enfin l’Afrique s’engage dans la voie de la véritable indépendance, celle par laquelle les peuples africains, redevenus maîtres d’eux-mêmes, pourront bâtir une Afrique à la grandeur de leur rêve pour le bien de tous, de l’humanité.

Aujourd’hui, nous sommes résolument aux côtés de nos sœurs et de nos frères d’Afrique qui refusent l’arbitraire, l’injustice, la corruption, la misère, l’indignité.

Et nous leur rendons hommage.

Puisque, aujourd’hui , c’est le 52ème anniversaire du NON du peuple guinéen, nous voulons aussi rendre hommage à la mémoire des deux enfants de ce pays qui se sont sacrifiés, le 3 août 1999, en voyageant clandestinement dans la soute du Boeing 747 de la Sabena afin d’attirer l’attention de l’Europe et du monde occidental sur le sort malheureux des Africains.

Leurs corps ont été découverts à l’atterrissage de cet avion à l’aéroport de Bruxelles.

C’étaient ceux de Fodé Touré KEITA et Alacine KEITA, respectivement âgés de 15 et 14 ans .Ils étaient porteurs d’un message dont je vous livre un extrait :

« Donc si vous voyez que nous nous sacrifions et exposons notre vie, c’est parce qu’on souffre trop en Afrique et qu’on a besoin de vous pour lutter contre la pauvreté et pour mettre fin à la guerre en Afrique.

Néanmoins, nous voulons étudier et nous vous demandons de nous aider à étudier pour être comme vous, en Afrique…

Enfin nous vous supplions de nous excuser très fort d’oser vous écrire cette lettre en tant que vous, les grands personnages à qui nous devons beaucoup de respect.

Et n’oubliez pas que c’est à vous que nous devons nous plaindre de la faiblesse de notre force en Afrique. »

Ce message a t’il été entendu par les Européens et les Françafricains aux affaires ?

Non, assurément que non !

Trois exemples parmi tant d’autres illustreront cette réponse négative.

Premier exemple.

La faillite des régimes françafricains délinquants ou dictatoriaux pour la plupart soutenus par l’Europe néocoloniale et englués dans la mondialisation néolibérale, fait que la jeunesse africaine désespérée est poussée à l’émigration vers ce qu’elle croit être l’Eldorado : les pays européens. Or ceux-ci, se trouvant dans l’espace Schengen, sont protégés par un mur, certes invisible, mais construit selon des règles et des mesures administratives xénophobes qui définissent leur politique d’immigration.

C’est par des centaines de milliers que des Africains tout particulièrement la jeunesse africaine ,meurent chaque année dans l’Atlantique et la Méditerranée.

Leurs sépultures sont à jamais dans des cimetières marins et flottants.

Et cela n’émeut ni les responsables européens, ni les dirigeants françafricains d’ailleurs chargés par ceux-ci de faire la police.

Le deuxième exemple concerne encore l’Union européenne qui s’est spécialisée dans l’organisation et le financement des mascarades électorales en vue de maintenir, coûte que coûte, au pouvoir des dictateurs corrompus et dociles.

Les critères en matière électorale pour la transparence des scrutins ne sont pas exigés dès qu’il s’agit des pays africains.

L’une des mascarades a eu lieu, le 4 mars dernier, au Togo donnant la victoire à Faure Gnassingbe. Or, la vérité des urnes est toute autre et fait ressortir à une large majorité, soit plus de 76%, la victoire de Jean-Pierre Fabre, candidat du FRAC - Front Républicain pour l’Alternance et le Changement. Rappelons que lors de ce scrutin, c’est bien la France qui avait organisé, armé et financé la FOSEP - Force de Sécurité pour l ’élection Présidentielle, responsable de graves violations des droits de l’homme et de la saisie suivie de la destruction des procès-verbaux électoraux en la possession du FRAC pour faire disparaître toute preuve amenant à la contestation.

Le peuple togolais, uni derrière le FRAC et le président démocratiquement élu, Jean Pierre Fabre, résiste et n’entend plus se laisser spolié, pour la 4ème fois, de sa victoire. La résistance continuera jusqu’à la démission ou au renversement de l’usurpateur-fraudeur et de son gouvernement de marionnettes formé après la grande trahison de Gilchrist Olympio.

Les traîtres passent ; la juste lutte triomphe toujours !

Le troisième exemple est d’actualité .Il s’agit de l’enlèvement de sept ressortissants étrangers au Niger, dont cinq Français.

Ce sont tous des employés du géant français du nucléaire civil, AREVA qui exploite l’uranium au Niger depuis plus de 40 ans. Depuis cette prise d’otages, le gouvernement français crie au terrorisme mais se tait sur les conditions inhumaines de l’exploitation de ce minerais stratégique au Niger, troisième producteur mondial, sur les crimes et les ravages écologiques que commet cette société.

AREVA est un Etat dans l’Etat nigérien.

Cette société fait tomber tout président qui ose réclamer plus de justice ; ce fut le cas d’Hamani DIORI renversé par un putsch en 1974.

Elle laisse un paysage apocalyptique dans les zones d’exploitation comparable à celui de Tchernobyl : l’uranium ou le yellow-cake pollue grandement la terre, les nappes phréatiques, les plantes, les animaux, les hommes, provoque des avortements et des malformations congénitales aussi bien dans le règne humain qu’animal.

Les mesures de sécurité sanitaire prises sont nettement insuffisantes. La radioactivité ambiante est très alarmante .Et les retombées économiques pour le Niger sont infimes !

L’uranium n’enrichit pas les Nigériens mais les tue !!!

Le RNDP - Rassemblement National pour la Démocratie et le Panafricanisme – , par ma voix, remercie et rend hommage à toutes les Africaines et tous les Africains de la diaspora qui ont participé de près ou de loin à l’organisation de cette journée de manifestations et, tout particulièrement la coordination générale, mademoiselle Nabouréma Farida et les membres du Comité de Rédaction du Mémorandum.

Le RNDP salue et remercie les amis de l’Afrique venus nombreux pour nous soutenir.

Merci à vous tous !

VIVE L’AFRIQUE LIBRE, UNI ET PROSPERE

La victoire est aussi certaine que le lever du jour !

ABLODE !

Paris, le 28 / 09 / 2010

A. RANDOLPH — Président du RNDP


Vidéo de la manifestation parisienne :

[Source : elomtv]

•• Communiqué reçu par e-mail le 1er octobre 2010.

0 vote
Mis en ligne par La rédaction
 1er/10/2010

Vos commentaires

50 ans de Françafrique !

Cinquantième anniversaire des « indépendances »...

Sites Web 3

Afromanif

Afromanif est un regroupement international de personnes et d'organisations de toute nature, qui ont en commun a l'esprit de dire NON au néocolonialisme et de combattre sous toutes ses formes et (...)

Stop Françafrique

Pour en finir avec la Françafrique (campagne de 2004 de l'association Survie)

Survie Guadeloupe

Survie Guadeloupe Site de l'association Survie Guadeloupe [Mise à jour - 2012 : l'association Survie Guadeloupe n'existe plus]

Les articles 15

IMG: Tribunal citoyen de la Françafrique Ce mercredi 4 décembre, le tribunal citoyen de la Françafrique se tiendra de 18h à 22h au Grand Parquet, 35 rue d’Aubervilliers, M° Stalingrad ou Marx Dormoy, (...)
IMG: A LIRE : Kamerun, Y'a bon les colonies Y’a bon les colonies ? La France sarkozyste face à l’histoire coloniale, l’identité nationale et l’immigration d’Alain Ruscio vient de se voir décerner, ex æquo (...)
IMG: Une cours pénale panafricaine pour les crimes de la France en Afrique Bientôt une cours pénale panafricaine pour les crimes de la France en Afrique La France ne nous a jamais octroyé nos indépendances conquises. Devons-nous par (...)
IMG: Non à la participation de Sarkozy au sommet des chefs d'Etat de l'Union africaine Les 30 et 31 janvier 2011 a lieu à Addis Abeba la Conférence des chefs d’Etat de l’Union Africaine. En toute arrogance, le président français Nicolas Sarkozy a (...)
IMG: 52e Anniversaire du « NON » à la Françafrique « Chaque génération doit, dans une relative opacité, découvrir sa mission, l’accomplir ou la trahir » (Frantz Fanon) 28 septembre 1958 : le jour où des Africains (...)
IMG: Le déshonneur de la France Non, il ne s’agit pas de l’équipe de France de foot, mais d’une réflexion sur les notions d’honneur et de déshonneur qui ont cours dans les médias. La vague (...)
 Izuba | 2002 · 2021