« Au Fil des livres, Chroniques de littérature marocaine de langue française ».

Abdellah Baïda : redécouvrir l’écriture marocaine d’expression française

Driss Chraïbi, Mohammed Khaïr-Eddine, Abdelkébir Khatibi, Abdelfattah Kilito, Edmond Amran El Maleh, ...

Le nouveau livre de l’écrivain marocain Abdellah Baïda « Au Fil des livres, Chroniques de littérature marocaine de langue française » (Ed. La Croisée des Chemins/Seguier, 2011), est une invitation à redécouvrir l’écriture marocaine d’expression française.

Ce nouveau essai de l’auteur marocain Abdellah Baïda « Au Fil des livres, Chroniques de littérature marocaine de langue française », est un tour d’horizon épuisé et exhaustif de la littérature marocaine d’expression française dont l’auteur nous propose les contours et les cheminements des livres d’auteurs tels que Driss Chraïbi, Mohammed Khaïr-Eddine, Abdelkébir Khatibi, Abdelfattah Kilito, Edmond Amran El Maleh, Samira El Ayachi et bien d’autres.

En sommes, une trentaine d’auteurs marocains d’expression française est présen-tée par le bais d’une lecture qualifiée d’intimiste, voire profonde, de l’auteur Abdellah Baïda, un grand connaisseur de la littérature marocaine d’expression française de part ses relations personnelles et littéraires avec les auteurs analysés dans son ouvrage.

Il a côtoyé durant son parcours professionnel l’ensemble des auteurs cités dans « Au Fil des livres, Chroniques de littérature marocaine de langue française », ce qui lui a rendu la tâche aisée vue la difficulté et la complexité de ce grand projet de lecture.

Pour ce faire, Abdellah Baïda adopte une approche non-académique et non-analytique, une lecture d’écrits qui se veut libre, et ce afin de rendre compte des livres qui ont marqué ce début du XXIème siècle. Il avait pensé intitu-ler ce livre « En lisant, en écrivant » car ce sont là deux actions simultanées qui étaient à l’origine de son essai et qui disent tout son rapport avec la lecture mais il a fini par le nommer « Au fil des livres » ; le premier titre étant déjà hélas pris par Julien Gracq.

Ce livre est pour lui une belle expérience de lecture car il ne s’est imposé aucune contrainte académique, c’est donc l’expression d’un rapport passionnel avec la lecture au-delà de tout utilitarisme. Et c’est justement cette passion qu’il souhaite partager avec le lecteur.

De même, Abdellah Baïda nous révèle que tous les livres auxquels il a consacré des chroniques lui ont procuré du plaisir… Il évite de travailler sur des œuvres qui ne plaisent pas car il n’est pas masochiste ! Mais, bien sûr, son degré de satisfaction est variable d’un texte à un autre.

Par exemple, il aime beaucoup les récits qui bousculent les normes et qui innovent aussi bien au niveau esthétique que sur le plan des thématiques abordées : des exemples en appuis, la lecture de « Hawa » de Mohamed Leftah est un moment de bonheur, comme l’est aussi le dernier roman de Laroui « Une année chez les Français » ou bien « Les enfants de Sidi Moumen » de Mahi Binebine…

L’écriture de Kilito est aussi une invitation au voyage à travers les livres ; Abdellah Baïda a parlé de son essai « Les Arabes et l’art du récit » mais il l’a lu comme un roman ! Des écrivains jeunes ont également écrit des œuvres qui méritent toute son attention…

Abdellah Baïda aimerait se faire connaitre d’abord comme lecteur et, de temps en temps, il écrit aussi bien des essais que de la fiction. D’une manière plus classique, il est chercheur en littératures et critique littéraire, agrégé de lettres et titulaire d’un doctorat en littérature et culture maghrébine francophones et comparées, et actuellement professeur à l’Université Mohammed V de Rabat-Agdal. Il est membre du bureau de la CCLMC (Coordination des chercheurs sur les littératures maghrébines et comparées) et président de la CMA (Commission du monde arabe) au sein de la FIPF (Fédération internationale des professeurs de Français).

Il a publié plusieurs travaux portant sur divers aspects des littératures de langue française, notamment ’’Les Voix’’ de Khaïr-Eddine (éd. Bouregreg, 2007) comme il a ’’dirigé’’ l’ouvrage ’’Mohamed Leftah ou le bonheur des mots’’ (éd. Tarik, 2009). Il a également publié plusieurs autres travaux et quelques textes de création littéraire publiés à l’échelle nationale et internationale. Il anime régulièrement des rencontres avec des écrivains francophones et publie dans la presse des chroniques portant sur les nouveautés littéraires.

A la fin du livre, un index des auteurs évoqués où on trouve les noms suivants : Aabboubi Abdellatif ; Aït Belize Issa ; Ammi Mustapha Kébir ; Azami Bouthaïna ; Bahéchar Souad ; Baudelaire Charles ; Bellefqih Anis-sa ; Ben Jelloun Tahar ; Benchekroun Siham ; Benchemsi Rajae ; Bennani Abdelouahid ; Binebine Aziz ; Binebine Mahi ; Blanchot Maurice ; Bouhlal Siham ; Bouignane El Mostafa ; Bouissef Rekab Driss ; Bourkia Hassan ; Butor Michel ; Chaoui Abdelkader ; ; Chatt Abdelkader ; Choukri Moha-med ; Chraïbi Driss ; Déjeux Jean ; Duras Marguerite ; El Ayachi Samira ; El Driss ; El Ghormli Mohammed ; El Khayat Rita ; El Maleh Edmond Amran ; Elalamy Youssouf Amine ; Errahoui Mohammed ; FarèsNabile ; Fellous Mohamed ; Genet Jean ; Gide André ; Guessous Maria ; Hafdi Ah-med ; Hamdane Halima ; Hmoudane Mohamed ; Ikken Aïssa ; Jay Salim ; Khaïr-Eddine Mohammed ; Khaless Rachid ; Khatibi Abdelkébir ; Kilito Abdelfattah ; Kundera Milan ; Laâbi Abdellatif ; Lachkar M’hamed ; Lah-babi Mamoun ; Laroui Fouad ; Leftah Mohamed ; Loakira Mohamed ; Ma-dani Rachida ; Marzouki Ahmed ; Mdidech Jaouad ; Mernissi Fatéma ; Mounir Omar ; Ndiaye Marie ; Nedali Mohamed ; Nissaboury Mustapha ; O.Rachid ; Oulehri Touria ; Peyrefitte Roger ; Rivet ChrySultana ; Sefrioui Ahmed ; Serfaty Abraham ; Serhane Abdelhak ; Steinbeck John ; Taïa Ab-dellah ; Trabelsi Bahaa ; Valéry Paul)

« Certains livres évoqués ici sont écrits par des plumes reconnues et déjà maintes fois consacrées, d’autres m’ont paru prometteurs et intéressants. (...) Quelques œuvres m’ont procuré du plaisir, m’ont inspiré des idées, m’ont enchanté, m’ont incité à réagir, m’ont poussé à écrire et j’ai voulu les partager avec les lecteurs. »
Quatrième de couverture.

Le livre est disponible en librairies et sur le site des Editions Atlantica-Seguier : http://www.atlantica.fr/

0 vote
Mis en ligne par Abdelali Najah
 14/04/2011

Vos commentaires

Nouveautés sur le Web 

 cette semaine: 40 articles référencés

Ce qui aurait pu vous vaincre vous a forgé·e

  15/05 | « Ces compositions rendent hommage à des personnalités fortes, des résistants qui se sont engagés contre l’esclavagisme, pour la liberté (...)

Non à la criminalisation du droit à manifester La solidarité avec la Palestine ne peut être (...)

  15/05 | *********** L’indispensable solidarité avec le peuple palestinien doit pouvoir s’exprimer en France Le gouvernement français vient de (...)

Iran : campagne internationale pour la libération d’Esmaïl Abdi

  14/05 | Esmaïl Abdi, enseignant de mathématique et membre du conseil d’administration du Syndicat des enseignants de Téhéran est emprisonné depuis (...)

Complotisme & extrême-droite

  14/05 | Derrière le complotisme, l’extrême-droite A l’origine des complots ou comment l’extrême droite favorise les discours complotistes Au cours de (...)

Les femmes en première ligne pour les droits fonciers au Maroc

  14/05 | Les défenseurs et défenseuses des droits fonciers, comme les appellent l’Observatoire international pour la protection des défenseurs des (...)

(Anthologie permanente) Germain Nouveau

  14/05 | Pour inciter à suivre cette belle vidéo autour de Germain Nouveau (1851-1920) proposée par la Maison de la Poésie de Paris. Attention elle (...)

Atlanta 1956

  14/05 | Thomas Mullen poursuit la saga des flics noirs d’Atlanta avec « Minuit à Atlanta », troisième volet de l’histoire de la ville, bastion du (...)

Communiqué de presse #FreeKouchi Paris du 12 mai 2021

  13/05 | L’état de santé des journalistes emprisonnés au Maroc, Soulaiman Raissouni et Omar Radi inspire la plus grande inquiétude A plus d’un mois (...)

Une, c’est déjà une de trop

13/05 | Le féminicide est le « meurtre d’une femme au simple motif qu’elle est une femme, quel que soit le contexte », rappelle le Conseil du statut (...)

La tempête que Netanyahou a déclenchée (plus autres textes)

13/05 | Hier matin (mardi), nous nous sommes réveillés avec la nouvelle de vingt et un Palestiniens tués à Gaza, dont neuf mineurs, et de deux (...)

Lumière

Pour une alternative démocratique au crépuscule de l’ère néo-libérale

13/05 | De l’introduction, introduction-au-livre-dattac-quebec-vingt-ans-daltermondialisme-au-quebec/, publiée avec l’aimable autorisation de M (...)

Les articles 67

IMG: Un livre est lancé à la mer Un livre est lancé à la mer. Eugénie B. et les éditions Izuba ont le plaisir de vous annoncer la parution d’« Un livre à la mer, Autobiographie d’une métisse (...)
IMG: Les collines se souviennent - Lancement du livre à Gatineau Les éditions Izuba ont le plaisir de vous annoncer le lancement du livre Les collines se souviennent - Les rescapés de Bisesero racontent leur résistance, (...)
IMG: Colloque : Génocide contre les Tutsi à Bègles Colloque citoyen : Génocide contre les Tutsi Rwanda 1994 - 800 000 morts en 100 jours Sommes-nous concernés ?
IMG: « Les collines se souviennent » - Lancement du livre à Kigali « Madamu Jeannette Kagame yitabiriye imurikwa ry’igitabo “Les collines se souviennent” cya Dr Gasana Oscar, kigaruka ku butwari bw’Abanyabisesero muri Jenoside (...)
IMG: Les collines se souviennent Les éditions Izuba ont le plaisir de vous annoncer la sortie du livre Les collines se souviennent - Les rescapés de Bisesero racontent leur résistance, deux (...)
Diogène Bideri présente son livre « Rwanda1994, La couleur d’un génocide » à la Librairie publique de Kigali le 14 juin 2019 à 18 (...)
 Izuba | 2002 · 2021