La Cité moderne est-elle un bon modèle de la postmodernité ?

André Elbaz, un peintre de la Cité

« l’aimance des couleurs et l’accoutumance des lumières »

La Cité a toujours été une thématique artistique omniprésente dans la peinture d’André Elbaz, une peinture émerveillée et fascinée par l’aimance des couleurs et l’accoutumance des lumières.

Une médina sinistrée et dévastée où les maisons sont renfermées, repliées et abandonnées après une bataille dure et acharnée. Les murailles ocre empêchaient son écoulement dans le seuil d’un vaste océan. La peinture rigoureuse et labyrinthique d’André nous enseigne que la lumière est derrière nous et pour la saisir, notre regard doit s’accoutumer à un monde clos, ascendant et symétrique.

Comme dans un rêve angélique, la médina s’ouvre peu à peu à l’œil ensommeillé. Des maisons qui valsent et des fenêtres qui dialoguent. Les murs rayonnent de couleurs qui rajeunissent. Des vaguelettes frôlent les giroflées des murailles.

Un joyeux en-vie s’envole et un gai silence fraye les sentiers battus et sans issus.

Nietzsche disait dans « La naissance de la tragédie » que l’art doit surtout et avant tout embellir la vie, nous rendre donc supportables et, si possible, agréables aux autres : cette tâche sous les yeux, il nous modère et nous tient en bride, crée des formes de civilité, lie des êtres sans éducation à des lois de convenance, de propreté, de courtoisie, leur apprend à parler et se taire au bon moment.

André Elbaz s’intéresse aux limites, aux seuils et aux traces

André Elbaz s’intéresse aux limites, aux seuils et aux traces pour montrer non pas la coupure et la séparation, mais plutôt la con-jonction des choses. Il cherche une nouvelle gamme de métaphores symboliques et par la suite, une nouvelle conjonction de ces symboles afin de saisir l’invisible du monde pour démontrer la réalité.

L’urbanisation atteint un niveau critique. Elbaz cherche un équilibre entre la tradition et la modernité mais en vain, car la modernité sociale et celle de l’esprit font défaut à la Cité qui atteint un haut niveau de saturation matérielle. La menace de l’urbanisation sans limite emmène vers une dégradation générale et totale de l’écosystème, et les développements économiques, matériels et techniques entrainent une sorte de compartimentalisation de l’in-dividu et poussent encore plus vers l’aliénation profonde.

Un constat est sûr : la modernité est l’aliénation de l’homme. Un regard critique et politique sur la Cité harmonisant ainsi l’esthétique et le politique.

L’intellectuel japonais Kolin Kobayashi disait que la domination de la nature par la raison instrumental dérive vers la domination de l’humanité elle-même. Le savoir de la domination de la nature a la même origine que celle du pouvoir pour la domination des humains.

Quand la techno-science dépasse largement le prolongement du corps humain, c’est le déclin de la civilisation. Les scientifiques conçoivent des techniques et des machines sans savoir exactement quelle conséquence cela peut avoir dans le futur. La modernité a perdu le lien entre l’être humain et la nature. Nous sommes une partie de la nature mais pas en dehors de la nature. Quand l’humanité aperçoit ses limites et celles du monde, elle commence à s’autodétruire.

La Cité moderne est-elle un bon modèle de la postmodernité ?

0 vote
Mis en ligne par Abdelali Najah
 15/04/2011

Vos commentaires

Nouveautés sur le Web 

 cette semaine: 3 articles référencés

Histoire de la bande dessinée au Sénégal [3/3]

  12/05 | Christophe Cassiau-Haurie est l’auteur de plusieurs articles et ouvrages collectifs sur l’état de l’édition en Afrique et plus (...)

Lettre ouverte et poème à madame Christiane Taubira

  11/05 | L’écrivain mauricien Khal Torabully adresse une lettre ouverte et un poème à l’ancienne ministre de la Justice française Christiane Taubira. (...)

Khal Torabully : Ghat et Morne les chronotopes de l’esclavage et de l’engagisme à (...)

10/05 | À l’occasion de la journée du patrimoine mondial de l’Afrique, le 5 mai 2021, l’écrivain mauricien Khal Torabully a choisi de s’exprimer sur (...)

Circulation immatérielle des films. Les défis.

30/04 | Enregistrée le 24 janvier 2021 depuis le studio du festival des films d’Afrique d’Apt (France) en ligne, cette table-ronde, dont le sujet (...)

Première sélection du prix littéraire Kourouma dévoilée

28/04 | Ce 28 avril, le jury du prix Ahmadou Kourouma, du nom de l’écrivain ivoirien disparu en 2003, a dévoilé sa sélection 2021. Le prix 2020 (...)

Noire précieuse : le récit d’une transfuge de classe

21/04 | Premier roman d’Asya Djoulaït publié aux éditions Gallimard dans la collection Continents noirs, Noire précieuse, sorti en mars 2020, (...)

Néhémy Pierre-Dahomey livre des Combats pour la littérature et pour l’histoire

19/04 | L’histoire, même dans ses proportions les plus insaisissables, est toujours ce qui arrive aux individus, dans leur intimité et leur (...)

Un soleil à coudre dans la grande nuit

18/04 | Premier roman du poète haïtien Jean D’Amérique, Soleil à coudre est publié en mars 2021 chez Actes Sud. Fleur à la beauté dramatique, ce (...)

Jean D’Amérique : « Reconquérir la vie par le prisme de la poésie »

18/04 | Depuis septembre 2020, l’écrivain haïtien Jean d’Amérique nous fait cadeau de sa créativité débordante en publiant trois ouvrages. Le recueil (...)

Madagascar : un livre pour comprendre l’histoire de la Grande Ile

13/04 | L’ouvrage collectif coordonné par Sylvain Urfer permet de vulgariser l’histoire de la construction de la nation malgache. Il est édité (...)

Ntarabana : entretien avec François Woukoache

10/04 | Lors de la 18ème édition du Festival des films d’Afrique en pays d’Apt (en ligne covid-19 oblige), une soirée était consacrée le 27 janvier (...)

Que nous disent-elles, que nous dites-vous, femmes cinéastes d’Afrique ?

7/04 | Cette table ronde a été enregistrée le 23 janvier 2021 depuis le studio du 18ème festival des films d’Afrique d’Apt (France), qui fut (...)

Sites Web 8

African-paris.com

Galerie d'Art Premier - Paris Galerie L'Oeil et la Main, située à Paris, essentiellement consacrée aux arts premiers. 41 rue de Verneuil à Paris (derrière le musée (...)
Bruce Clarke
Bruce Clarke - artiste plasticien "Après des études aux Beaux-Arts à Leeds University, Grande-Bretagne, s'installe en France. Son travail plastique traite de l'histoire contemporaine, de l'écriture (...)

Florence Béal-Nénakwé

Florence Béal-Nénakwé : Artiste peintre Camerounaise.

Maroc Infos Arts

Maroc Infos Arts Toute l'actualité des arts plastiques au Maroc

Les articles 24

IMG: Sculpture monumentale à Villa Janna : projet final en octobre 2014 Villa Janna est un lieu d’exception entièrement construit en terre crue, dans le respect de l’environnement et des traditions marocaines. A 20 minutes de la (...)
IMG: Laeïla Adjovi - pour une mémoire tatouée de l'Afrique ancestrale En marge du festival Jawhara, Laeïla Adjovi expose ses photographies à la galerie Chaïbia Talal de la Cité portugaise à El Jadida du 7 au 30 Août (...)
IMG: Ivry : exposition des « Hommes debout » (photos) LES HOMMES DEBOUT XXe Commémoration du génocide des Tutsi au Rwanda, organisée par la Ville d’Ivry-sur-Seine et les associations Appui Rwanda et Ibuka. Du 7 (...)
IMG: « Les hommes debout » à Ivry-sur-Seine LES HOMMES DEBOUT XXe Commémoration du génocide des Tutsi au Rwanda, organisée par la Ville d’Ivry-sur-Seine et les associations Appui Rwanda et Ibuka. Du 7 (...)
IMG: Rwanda - Des hommes debout, à Bègles : « Oublier, c'est disparaître » A l’approche du 20ème anniversaire du génocide des Tutsi, la commune de Bègles, à l’initiative de son maire, Noël Mamère, inaugure le 30 novembre à 11 heures, à la (...)
IMG: Mohammed Berrada : « Rapt de voix », des évènements qui secouent le monde arabe L’Institut Français d’El Jadida organise une exposition de l’artiste peintre marocain Mohammed Barrada dans sa Galerie d’art, du 12 avril au 9 mai (...)
 Izuba | 2002 · 2021