Communiqué de l’association Survie

Areva en Afrique : Une face cachée du nucléaire français

L’épopée d’Areva en Afrique – Dossier Noir n°24

L’Association Survie et les Editions Agone publient Areva en Afrique – une face cachée du nucléaire français, un Dossier Noir écrit par Raphaël Granvaud.

Sa sortie, ce 16 février en librairie, s’accompagnera de mobilisations organisées en partenariat avec le Réseau Sortir du nucléaire.

Les enjeux majeurs abordés dans l’ouvrage ont été présentés à la presse le 9 février par l’auteur et des représentants de Survie, de Sortir du nucléaire et de la société civile gabonaise.

« Areva a pris une part très importante dans la politique du président Sarkozy de promotion des intérêts français en Afrique. Nous avons souhaité nous concentrer sur cette entreprise, qui est au cœur du système de la Françafrique et sur ses imbrications diplomatiques, politiques, militaires, et qui appartient pour l’essentiel à l’État français et donc aux contribuables » introduit Fabrice Tarrit, le président de Survie.

« Le but de ce Dossier Noir, explique Raphaël Granvaud, c’est d’en finir avec le mythe de « l’indépendance énergétique », leitmotiv que l’on retrouve dans 40 ans de discours des autorités politiques françaises. »

Ce mythe repose sur diverses manipulations statistiques, dont la principale est « la question des importations d’uranium qui ne sont pas considérées comme importation énergétique dans les statistiques officielles. (…) Cela va de pair avec une occultation de la part de l’Afrique dans toute l’histoire du développement du nucléaire français, depuis les origines », comme si la France se considérait toujours propriétaire du sous-sol de ses anciennes colonies. Pourtant, depuis 2001, elle importe la totalité de son uranium et environ 30% provient du sous-sol nigérien, exploité par les filiales d’Areva.

Si la France a très largement profité de l’uranium, en cooptant des régimes autoritaires qui le lui fournissaient au meilleur prix, pour l’auteur « le Niger n’a hérité que d’une triple catastrophe : une catastrophe environnementale, une catastrophe sanitaire et une catastrophe sociale. »

Selon diverses ONG, seulement 12 % de la valeur de l’uranium produit sur son sol est revenu au Niger. Alors que le Niger éclaire une ampoule française sur trois, il importe son électricité du Nigeria, et la majorité des Nigériens n’y ont même pas accès.

Pour la porte-parole du Réseau Sortir du nucléaire, Opale Crivello, « Areva refuse d’assumer ses responsabilités. »

Suite à l’exploitation de 210 mines entre 1946 et 2001 dans plus de 25 départements français par la Cogema (ex-Areva), il reste 300 millions de tonnes de déchets d’uranium abandonnés. En outre l’IRSN[1] est formel : les travailleurs de l’uranium meurent plus tôt et développent des cancers des poumons et des reins. Et ce sort n’est pas réservé aux seuls mineurs.

« Areva rétorque que pour le moment, il n’y a pas encore eu de pathologies en lien avec la radioactivité. C’est faux ! Areva sait très bien ce qu’endurent et ce qu’encourent les populations au Niger. Face à ce scandale et vu du retour d’expérience français, nous avons le devoir d’agir pour dénoncer ces pratiques au Niger », conclut Opale Crivello.

Ancien directeur diocésain de Caritas Gabon, Bruno Ondo apporte un témoignage éclairant :

« pendant 40 ans, 2 millions de tonnes de déchets radioactifs ont été déversées dans les cours d’eau et 4 millions de tonnes dans les carrières abandonnés » aux alentours des mines uranifères exploitées par la filiale gabonaise de la Cogema.

Treize ans après la fermeture du site de Mounana, les riverains et les anciens mineurs subissent toujours les conséquences. « Les zones interdites[2] à cause du taux de radioactivité se trouvent à l’intérieur du champ d’activité des populations : là où les gens viennent tremper le manioc, où elles vont faire de la pêche, à proximité des habitations. (…) Le prix véritable de l’uranium, c’est celui payé par les populations ! ».

Suite aux pressions de la société civile, des observatoires de la santé ont été lancés par le gouvernement gabonais et par Areva mais jusqu’à aujourd’hui « cet observatoire n’existe que de nom (…) ».

Alors qu’Areva pourrait bien ouvrir de nouvelles exploitations uranifères au Gabon, Bruno Ondo conclut avec colère : « A-t-on le droit de laisser revenir Areva au Gabon ? ».

Cette question fera partie intégrante des nombreuses conférences, interpellations de décideurs qui, partout en France, accompagneront la sortie de l’ouvrage à partir du 16 février, dans un contexte de fort débat politique sur la place et le coût du nucléaire, et sur les agissements de l’entreprise Areva elle-même.


VIDÉO : Areva en Afrique mythe de l’indépendance énergétique...


Areva en Afrique mythe de l’indépendance... by survie-media

A lire sur Izuba.info

• Fission nucléaire et massacres africains, de Jacques Morel

Un document Survie

4 pages « Areva en Afrique » - pdf à télécharger [et diffuser !]

Depuis 40 ans, le développement du nucléaire est justifié au nom de « l’indépendance énergétique » de notre pays. Pourtant, avant même la fermeture de la dernière mine d’uranium française, en 2001, le combustible nécessaire aux centrales françaises était importé en grande partie. Il l’est maintenant en totalité. Si les sources d’approvisionnement se sont diversifiées, le sous-sol africain a été historiquement, et reste encore aujourd’hui indispensable au fonctionnement de notre parc électronucléaire.

Comment peut-on alors parler d’indépendance énergétique ? C’est simple, il suffit à nos dirigeants de considérer que le sous-sol des anciennes colonies françaises continue d’appartenir à l’ex-métropole, ou de payer l’uranium à un prix tellement dérisoire qu’il en devient négligeable.

une suspension immédiate de tous les projets miniers tant que des conditions d’exploitation respectueuses de l’environnement et de la santé des travailleurs et des populations locales ne sont pas garanties par une expertise indépendante reconnue par l’État hôte et par la société civile locale ; le référentiel doit être a minima celui de la réglementation française en la matière.

On demande à Areva... , entreprise à capitaux publics

Survie, le Réseau Sortir du nucléaire et le collectif Areva ne fera pas la loi au Niger demandent à Areva, entreprise à capitaux publics :

• une suspension immédiate de tous les projets miniers tant que des conditions d’exploitation respectueuses de l’environnement et de la santé des travailleurs et des populations locales ne sont pas garanties par une expertise indépendante reconnue par l’État hôte et par la société civile locale ; le référentiel doit être a minima celui de la réglementation française en la matière.

• le versement de taxes ou contributions par Areva aux États hôtes, confiées à une gestion indépendante spécialisée pour la remise en état des sites après extraction, la dépollution des sites en exploitation et de leurs abords (confinement des stériles et déchets radioactifs, collecte des objets et ferrailles contaminés...).

• Le respect de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, notamment par l’association étroite des populations locales aux décisions liées à la gestion des ressources en eau et à l’utilisation des terres.

• la contribution financière d’Areva à la mise en place pour tous les ex-travailleurs des mines et les populations vivant à proximité d’un examen médical complet, d’une évaluation rétrospective des doses subies, d’un suivi sanitaire à long terme réalisé par des organismes médicaux indépendants et l’indemnisation des préjudices subis.

Sur les activités des entreprises françaises en Afrique, Survie demande :

• de mettre fin aux différents mécanismes de soutien militaire, diplomatique et financier de la France aux dictatures et aux autres régimes autoritaires ou corrompus qui, en retour, favorisent depuis des décennies le pillage de ressources par les multinationales françaises.

• de mettre en place en France et de contribuer activement au niveau européen à une législation contraignante sur la responsabilité environnementale et sociale, en étendant la responsabilité juridique des sociétés françaises et européennes à leurs filiales étrangères.

• de mettre en place en France et de contribuer activement au niveau européen à une législation contraignante sur la transparence fiscale, obligeant les multinationales à publier pays par pays leurs comptes pour leurs activités dans chacun des territoires où elles sont implantées.

• d’œuvrer activement pour le renforcement des moyens de lutte contre la corruption, à la suppression du secret bancaire, principe au cœur des paradis fiscaux et judiciaires, et à la transmission automatique des données fiscales entre territoires.

Areva en Afrique

Notes

[1] IRSN = Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire

[2] Du fait de la radioactivité


Contact Presse :

Stéphanie Dubois de Prisque

Chargée de communication

stephanie.duboisdeprisque survie.org / 01 44 61 03 25

Opale Crivello

Chargée de communication et des relations presse

opale.crivello sortirdunucleaire.fr / 06 64 66 01 23

Association Survie
107, boulevard Magenta
75010 Paris
Tél : 01 44 61 03 25
Fax : 01 44 61 03 20

0 vote
Mis en ligne par La rédaction
 15/02/2012

Vos commentaires

Nouveautés sur le Web 

 cette semaine: 7 articles référencés

Complicité

  7/05 | « Un ensemble de responsabilités lourdes et accablantes » de la part d'autorités françaises qui « ont fait preuve d'un aveuglement (...)

Le parquet de Paris refuse de rendre justice aux Tutsis de Bisesero

  7/05 | Le parquet de Paris a requis lundi 3 mai un non lieu dans l'enquête sur le rôle de l'armée française fin juin 1994 lors des (...)

Le parquet de Paris refuse de rendre justice aux Tutsis de Bisesero

  7/05 | Le parquet de Paris a requis lundi 3 mai un non lieu dans l'enquête sur le rôle de l'armée française fin juin 1994 lors des (...)

Un nouvel or noir : le pillage des objets d'art en Afrique

6/05 | Survie publie un nouveau dossier noir sur le pillage des objets d'art en Afrique. Ce livre propose un état des lieux du marché de (...)

Journal d’un casque bleu chez les khmers rouges

6/05 | Le Cambodge était ma première « mission extérieure », j’étais un jeune capitaine de 27 ans lorsque j’ai débarqué en 1992, dans ce pays ravagé (...)

Rôle de la France au Rwanda : l'enquête sur le rôle de Bob Denard et des réseaux Pasqua refusée (...)

3/05 | L'association Survie, partie civile dans le cadre d'une procédure instruite au Tribunal judiciaire de Paris suite à une plainte (...)

Rôle de la France au Rwanda : l'enquête sur le rôle de Bob Denard et des réseaux Pasqua refusée (...)

3/05 | L'association Survie, partie civile dans le cadre d'une procédure instruite au Tribunal judiciaire de Paris suite à une plainte (...)

Au Rwanda, les opérations Turquoise ont provoqué 10 fois plus de morts qu’elles n’ont sauvé de (...)

1er/05 | Hubert Védrine, interrogé sur le rapport Duclert sur TV5 Monde le 29 mars 2021 :« Le rapport [Duclert] nous dit que Turquoise n’est pas (...)

Ces courageux généraux qui ouvrent leur gueule à la retraite, mais qui la fermaient quand l’armée (...)

27/04 | Les officiers généraux ne sont jamais à la retraite en France, ils sont placés en « 2° section » pour garder un lien avec l’armée et (...)

L’assassinat du président Habyarimana au Rwanda, début du génocide des Tutsi : ce que l’on sait et (...)

23/04 | L’assassinat du président Habyarimana, le 6 avril 1994, première étape de la prise du pouvoir par les extrémistes hutus et signal (...)

Emmanuel Macron aux funérailles d'Idriss Déby Itno : les dictateurs passent, la Françafrique (...)

23/04 | La présence d'Emmanuel Macron aux obsèques du dictateur Idriss Déby envoie un signal clair : la France avalise le coup d'Etat (...)

Réactive : COUP D'ETAT AU TCHAD La communauté internationale doit exiger et accompagner une (...)

22/04 | Le 21 avril 2021, Le 20 avril 2021, des officiers militaires ont annoncé à la Radio Télévision nationale tchadienne la mort du Maréchal (...)

Sites Web 22

Afromanif

Afromanif est un regroupement international de personnes et d'organisations de toute nature, qui ont en commun a l'esprit de dire NON au néocolonialisme et de combattre sous toutes ses formes et (...)

Billets d'Afrique

Bulletin mensuel d’information alternative sur les avatars de la politique de la France en Afrique depuis 1994, Billets d’Afrique et d’ailleurs constitue l’un des piliers de notre volonté de mieux (...)

Cellule Francafrique

Cellule Francafrique • www.cellulefrancafrique.org Collectif pour une autre politique de la France en Afrique.

Commission d'Enquête Citoyenne

La CEC, Commission d'Enquête Citoyenne sur le rôle de la France dans le génocide des Tutsi au Rwanda « L'horreur qui nous prend au visage » L'État français et le génocide au Rwanda coordonné par Laure (...)

Les articles 161

IMG: La France au Rwanda : Quelles preuves faut-il de plus ? En 2015 encore, la commémoration du génocide des Tutsi, 21 ans après le sombre printemps 1994, est l’occasion de grandes manœuvres politiques, avec la décision (...)
IMG: France la honte, Rwanda 1994 (CIIP) La Campagne de Portraits pour le Rwanda du CIIP ciblant les responsabilités françaises dans le génocide des Tutsi se prolonge en 2015, avec une première (...)
IMG: Semaine Anticoloniale 2015 Le programme détaillé de ces événements sera régulièrement actualisé et détaillé sur le site de La Semaine Anticoloniale et Antiraciste : • Le Salon Anticolonial • (...)
En 1998, une Mission d’information parlementaire a enquêté « sur les opérations militaires menées par la France, d’autres pays et l’ONU au Rwanda entre 1990 et (...)
Chaque année depuis avril 2006, la revue La Nuit rwandaise fait le point sur l’état des connaissances concernant les complicités françaises et la participation (...)
IMG: Les habits neufs de l'Empire : guerre et désinformation dans l'Est du Congo République Démocratique du Congo : vingt ans de massacres récurrents, des centaines de milliers de femmes violées et atrocement mutilées, une guerre (...)
 Izuba | 2002 · 2021