En ce début d’été
en marge des célébrations du 4 juillet
les éditions Izuba et les Ami-e-s d’Izuba
vous proposent deux rendez-vous à Bruxelles:

Jeudi 3 juillet : Faire face au négationnisme

Dimanche 6 juillet : Monseigneur Bigirumwami

au Fusion (chez Fanny), Rue du Sceptre, 59 – 1050 IXELLES.

Rencontres Izuba autour du Rwanda

Jeudi 3 juillet à 18 heures

au Fusion (chez Fanny)
Rue du Sceptre, 59 – 1050 IXELLES.

Faire face au négationnisme

Rencontre-débat sur les enjeux et les formes possibles de la lutte contre la négation du génocide des Tutsi,
avec Josias Semujanga, Jean-Luc Galabert et Jean Mukimbiri, co-directeurs et auteurs de l’ouvrage collectif Faire face au négationnisme du génocide des tutsi , paru aux éditions Izuba.

Faire face au négationnisme du génocide des Tutsi

Présentation

Le génocide et sa négation sont structurellement liés. Avant d’être accompli, le projet génocidaire est dissimulé ; pendant son accomplissement, la réalité de l’extermination est démentie ; après avoir été perpétré, la nature même du génocide est déniée. Après le génocide des Arméniens, des juifs et des Tziganes, celui des Tutsi du Rwanda confirme cette règle.

Pour parer à l’inflation des tentatives falsificatrices des nouveaux assassins de la mémoire, Josias Semujanga et Jean-Luc Galabert ont fait appel aux plus éminents experts du négationnisme du dernier génocide du XXe siècle.

Leurs contributions permettent d’en comprendre les différentes facettes : sa genèse, ses procédés, ses motivations, ses déclinaisons, ses médias, ses conséquences, ses acteurs et ses relais. Faire face au négationnisme du génocide des Tutsi du Rwanda est un antidote au poison de la négation.

Dimanche 6 juillet à 17 heures

au Fusion (chez Fanny)
Rue du Sceptre, 59 – 1050 IXELLES.

Monseigneur Bigirumwami

Présentation de l’ouvrage de Bushyija Bugabo Antoni Munsenyeri Aloyizi Bigirumwami, par Immaculée Rukamba (nièce de Mgr. Bigirumwami) en présence de M. Léon Saur, auteur d’une thèse remarquable, Catholiques belges et Rwanda, 1950-1964. Les pièges de l’évidence qui resituera le ministère et l’action de Mgr. Bigirumwami dans son contexte historique.

Couverture Musenyeri Aloyizi Bigirumwami

Présentation

« Twambare intwaro z’ urumuri » retrace la vie de l’homme exceptionnel que fut Aloys Bigirumwami.

Né en 1904 au Gisaka, le jeune Aloys suit la ligne chrétienne que lui a tracée son père. Entré au Séminaire à l’âge de dix ans, il est ordonné prêtre en 1929 et consacré évêque en 1952.

Cette biographie retrace le parcours du grand homme, qui a suscité l’estime et l’affection bien au-delà de son Diocèse de Nyundo. Dans une période marquée par la fracture violente de la société rwandaise, la mission de Mgr Bigirumwami ne fut pas de tout repos.

Malmené, parfois traqué par les pouvoirs politiques de l’époque, souvent incompris par certains de ses confrères et de la hiérarchie de l’Église du Rwanda, quelquefois même trahi, par ceux-là mêmes qui auraient dû le protéger, Mgr Bigirumwami a toujours montré l’image d’un homme au service du message chrétien authentique, qui ne cède sur aucune des valeurs de fraternité et d’égalité de tous les humains et refuse de les distinguer en fonction de leur naissance.

Coupé de la culture de ses ancêtres pendant son enfance, Monseigneur Bigirumwami fut par après l’une des personnalités majeures de la sauvegarde et de la reconnaissance de la valeur de celle-ci.

Il sera le premier, a réussir avec courage, et malgré certaines incompréhensions dans son entourage, à intégrer la religion chrétienne dans la culture rwandaise authentique.

%d blogueurs aiment cette page :