Du 07 au 30 Avril 2011 à El Jadida

El Jadida : Salah Benjkan expose son monde féerique à la Galerie 104

« compositions abstraites empruntes de sensibilité »

La Galerie 104 abrite une exposition de l’artiste peintre marocain Salah Benjkan du 07 au 30 Avril 2011 à El Jadida.

Le vernissage qui a eu lieu le Jeudi 07 avril 2011, a été marqué par la présence d’une plaide d’artistes de renom à savoir Abdelkrim EL AZHAR, Abdellah Dibaji, François GIVERI, Salah Benjkan et bien d’autres.

La peinture onirique de Salah Benjkan est une invitation solennelle à explorer les ténèbres d’une culture populaire à savoir les nocturnes mythiques de la place Jemâa el Fna au cœur de l’impériale Médina de Marrakech.

Les fameux vendeurs d’eaux sillonnent la foule qui cerclait une multitude d’artistes de rue, des troubadours et des dresseurs de serpents et de singes. Sous un tamis de roseaux qui filtrent la lumière, des kilomètres de ruelles et venelles à en plus finir qui se croisent, s’entremêlent, et forment un vaste dédale depuis la mosquée Ben Youssef jusqu’aux abords de la place Jemâa El Fna.

Tout au long des venelles et ruelles des souks, des échoppes de fruits secs ou de jus d’orange fraîchement pressés guettent les passants assoiffés, et de petits restaurants parfumant tous les alentours du minaret de la Koutoubia. Le foisonnement de lampes au kérosène illuminant les échoppes et restaurants fait penser à une nuée de lucioles. Les bonimenteurs haranguent la foule afin de lui vendre un tatouage à l’henné ou un remède miracle. L’esplanade triangulaire, noyau d’innombrables représentations d’acrobates, de jongleurs, de charmeurs de serpents, de musiciens berbères et d’autres saltimbanques.

Plus loin de Jemâa el Fna ou « assemblée des morts », une appellation qu’elle doit à la volonté des sultans d’y exposer à la foule la tête des criminels exécutés, les tantes du Moussem de Tamesloht pointent l’horizon des montagnes neigeuses, des mules sabotés qui traversent le long de la rivière caillouté, des chèvres qui escaladent les branches cassées des oliviers et des sauterelles jaunes et vertes qui escaladent les troncs ocres des noyers.

Une femme tatouée sur le front rapprochant ainsi les sourcils en les allongeant, et donnant au regard une profondeur du visage. Un autre tatouage sombre, se prolonge du menton au cou dissimulant les rides d’une mémoire rangée avec soin dans l’oubliette, et se continue jusqu’au nombril suggérant des voluptés cachées et refoulées. Des Gnaoua qui préparent une lila et des haddarates une hadhra, des rites nocturnes animés par les prêtresses d’Aïcha afin de pourchasser la malédiction .De l’autre côté, les chorfa célèbrent au grand jour la fantasia et la Dbiha. Dans cet océan de créations picturale, on peine à se repérer. On se laisse perdre, guidé par nos sens en éveil, par un parfum d’ambre carbonisé, par le reflet du cuivre martelé ou de la laine tissée, par le cliquetis des outils, une senteur de cuir tanné, ou encore la densité de la foule.

Pour ce faire, Benjkan armé d’un expressionnisme abstrait, condense ses toiles de figures étranges et de dessins d’enfants dans une gamme de couleurs chaudes qui interpelle la tragédie d’un certain Minos dans la mythologie grecque et qui s’est brulé les ailes en essayant de s’approcher du soleil.

La peinture de Salah Benjkan est une peinture au seuil de la déraison et qui explore le fin fond de l’inconscient, une mémoire stratifiée et fragmentée d’une bohémienne égarée dans une terre aride et sèche.

Salah Benjkan est né en 1968 à Marrakech où il vit et travaille. Il est enseignant d’arts plastiques. Distingué par deux fois lors du prix de la jeune peinture marocaine (1993 et 1995), il a aussi été sélectionné en 2000 pour bénéficier d’un séjour à la cité des arts à Paris. Salah Benjkan a réalisé de nombreuses expositions personnelles et collectives. Ses œuvres font partie de collections publiques et privées au Maroc et à l’étranger. Après avoir signé son travail d’une palette très colorée et de personnages qu’on reconnaît aisément, Salah Benjkan a entamé depuis plus d’une année un travail et une recherche d’un tout autre style.

Monochromes plutôt sombres, les toiles actuelles nous assure de tout le talent et la capacité de se renouveler de cet artiste audacieux. Dans un genre tout à fait en rupture avec le travail précédent, les œuvres actuelles sont des compositions abstraites empruntes de beaucoup de travail et de sensibilité.

0 vote
Mis en ligne par Abdelali Najah
 22/04/2011

Vos commentaires

Nouveautés sur le Web 

 cette semaine: 3 articles référencés

Histoire de la bande dessinée au Sénégal [3/3]

12/05 | Christophe Cassiau-Haurie est l’auteur de plusieurs articles et ouvrages collectifs sur l’état de l’édition en Afrique et plus (...)

Lettre ouverte et poème à madame Christiane Taubira

11/05 | L’écrivain mauricien Khal Torabully adresse une lettre ouverte et un poème à l’ancienne ministre de la Justice française Christiane Taubira. (...)

Khal Torabully : Ghat et Morne les chronotopes de l’esclavage et de l’engagisme à (...)

10/05 | À l’occasion de la journée du patrimoine mondial de l’Afrique, le 5 mai 2021, l’écrivain mauricien Khal Torabully a choisi de s’exprimer sur (...)

Circulation immatérielle des films. Les défis.

30/04 | Enregistrée le 24 janvier 2021 depuis le studio du festival des films d’Afrique d’Apt (France) en ligne, cette table-ronde, dont le sujet (...)

Première sélection du prix littéraire Kourouma dévoilée

28/04 | Ce 28 avril, le jury du prix Ahmadou Kourouma, du nom de l’écrivain ivoirien disparu en 2003, a dévoilé sa sélection 2021. Le prix 2020 (...)

Noire précieuse : le récit d’une transfuge de classe

21/04 | Premier roman d’Asya Djoulaït publié aux éditions Gallimard dans la collection Continents noirs, Noire précieuse, sorti en mars 2020, (...)

Néhémy Pierre-Dahomey livre des Combats pour la littérature et pour l’histoire

19/04 | L’histoire, même dans ses proportions les plus insaisissables, est toujours ce qui arrive aux individus, dans leur intimité et leur (...)

Un soleil à coudre dans la grande nuit

18/04 | Premier roman du poète haïtien Jean D’Amérique, Soleil à coudre est publié en mars 2021 chez Actes Sud. Fleur à la beauté dramatique, ce (...)

Jean D’Amérique : « Reconquérir la vie par le prisme de la poésie »

18/04 | Depuis septembre 2020, l’écrivain haïtien Jean d’Amérique nous fait cadeau de sa créativité débordante en publiant trois ouvrages. Le recueil (...)

Madagascar : un livre pour comprendre l’histoire de la Grande Ile

13/04 | L’ouvrage collectif coordonné par Sylvain Urfer permet de vulgariser l’histoire de la construction de la nation malgache. Il est édité (...)

Ntarabana : entretien avec François Woukoache

10/04 | Lors de la 18ème édition du Festival des films d’Afrique en pays d’Apt (en ligne covid-19 oblige), une soirée était consacrée le 27 janvier (...)

Que nous disent-elles, que nous dites-vous, femmes cinéastes d’Afrique ?

7/04 | Cette table ronde a été enregistrée le 23 janvier 2021 depuis le studio du 18ème festival des films d’Afrique d’Apt (France), qui fut (...)

Sites Web 8

African-paris.com

Galerie d'Art Premier - Paris Galerie L'Oeil et la Main, située à Paris, essentiellement consacrée aux arts premiers. 41 rue de Verneuil à Paris (derrière le musée (...)

Florence Béal-Nénakwé

Florence Béal-Nénakwé : Artiste peintre Camerounaise.

Maroc Infos Arts

Maroc Infos Arts Toute l'actualité des arts plastiques au Maroc

Les articles 24

IMG: Sculpture monumentale à Villa Janna : projet final en octobre 2014 Villa Janna est un lieu d’exception entièrement construit en terre crue, dans le respect de l’environnement et des traditions marocaines. A 20 minutes de la (...)
IMG: Laeïla Adjovi - pour une mémoire tatouée de l'Afrique ancestrale En marge du festival Jawhara, Laeïla Adjovi expose ses photographies à la galerie Chaïbia Talal de la Cité portugaise à El Jadida du 7 au 30 Août (...)
IMG: Ivry : exposition des « Hommes debout » (photos) LES HOMMES DEBOUT XXe Commémoration du génocide des Tutsi au Rwanda, organisée par la Ville d’Ivry-sur-Seine et les associations Appui Rwanda et Ibuka. Du 7 (...)
IMG: « Les hommes debout » à Ivry-sur-Seine LES HOMMES DEBOUT XXe Commémoration du génocide des Tutsi au Rwanda, organisée par la Ville d’Ivry-sur-Seine et les associations Appui Rwanda et Ibuka. Du 7 (...)
IMG: Rwanda - Des hommes debout, à Bègles : « Oublier, c'est disparaître » A l’approche du 20ème anniversaire du génocide des Tutsi, la commune de Bègles, à l’initiative de son maire, Noël Mamère, inaugure le 30 novembre à 11 heures, à la (...)
IMG: Mohammed Berrada : « Rapt de voix », des évènements qui secouent le monde arabe L’Institut Français d’El Jadida organise une exposition de l’artiste peintre marocain Mohammed Barrada dans sa Galerie d’art, du 12 avril au 9 mai (...)
 Izuba | 2002 · 2021