Témoigner, pourquoi?
Le témoignage des rescapé-e-s du génocide des Tutsi
est la meilleure forme de lutte contre le négationnisme.

Au-delà de la preuve qu’il constitue, quel est l’impact de la parole libérée ? Quel est le chemin que les rescapé-e-s doivent faire pour mettre leur intimité et les horreurs vécues sur la place publique ? Comment aider ceux qui n’ont pas encore fait ce chemin, est-il même souhaitable ?

Conférence publique
avec
Spéciose Niwemugore, Eugénie Mukamugema et Philibert Muzima,
rescapé-e-s du génodice des Tutsi de 1994, au Rwanda

Trois survivants du génocide de 1994, auteurs de la collection Témoignage / Izuba éditions, tenteront de donner des éléments de réponse.

« Que notre histoire soit connue par les notres et par les autres. Ils ont le droit de savoir. » – Spéciose Niwemugore (Pour que tu saches)

« Pour que nos morts recouvrent leur nom et leur identité. Pour que la mort ne les emporte. J’écris vos noms. » – Philibert Muzima (Imbibé de leur sang, gravé de leur nom)

Eugénie lance un appel aux survivants à parler: « le silence tue, leur témoignage est une preuve irréfutable du génocide des Tutsi » – Eugénie Mukamugema (Une vie au Rwand parmi tant d’autres)

Bruxelles
Samedi 21 mai – 15 h
Ambassade du Rwanda
Avenue des Fleurs, 1
1150 – Woluwe

et le 20 mai à 18h30 à Liège

%d blogueurs aiment cette page :