Algérie, Sénégal, Bénin, Rwanda...

Fracture et souffle de vie : Chroniques d’un combat contre l’injustice et la pauvreté

Un livre témoignage de Marguerite Carbonare

Le livre, autobiographique, a comme point de départ la fracture d’un bras qui amène l’auteur à découvrir une fracture plus profonde : celle de son couple, onde de choc de la grande fracture du génocide rwandais.

Ce sont des chroniques personnelles qui interrogent : comment vivre à côté d’un mari qui veut changer le monde en se battant contre de nombreux obstacles ? Comment accepter qu’il y a un prix à payer soi-même, mais aussi un prix que l’on fait payer à d’autres ?

Des chroniques qui décrivent un même combat contre l’injustice et la pauvreté, son mari avec les paysans africains, et elle avec ses élèves. Des combats personnels mais qui rejoignent les grands combats de notre époque.

Des fractures, mais aussi les moments bénis où le « ciel » se dégage pour donner un coup au destin. Des chroniques enfin qui révèlent des pays comme l’Algérie, le Sénégal, le Bénin, le Rwanda, pleins de potentialités et de richesses.

C’est donc une histoire personnelle qui s’inscrit dans la grande Histoire des fractures de notre époque, celles de la décolonisation, de la guerre d’Algérie et du génocide rwandais de 1994.

Des fractures, mais un souffle de vie qui permet d’espérer.

Extraits

1 - « Et pourtant quand il arrive à minuit passé, je suis heureuse de le retrouver, rassurée d’avoir mon homme près de moi. « Il faudra qu’on se parle tranquillement » ai-je dit. Et lui, tout aux événements qu’il vient de vivre durant les dernières semaines écoulées au Rwanda, parle d’Aniésie qu’il n’a pas reconnue tant elle a maigri, du père de l’aide de camp du pré- sident Bizimungu, qui a vu ses petits-enfants tués sous ses yeux. « On ne vous tue pas, ont dit les miliciens, mais toute votre vie vous aurez devant les yeux le massacre de votre famille ». Il parle aussi de ce jeune bourgmestre de Runda, si émouvant, quand il a dit : « Ces tas de briques, ce sont les restes de la maison de ma mère. Je ne vous dis pas où elle est maintenant.

Mais l’essentiel, aujourd’hui, c’est que vous soyez là ». Il raconte aussi ces femmes et ces enfants sous la pluie, les pieds dans la boue. Et tout à coup, en l’entendant, j’ai l’impression qu’il expose tous ces malheurs pour me presser de repartir le plus vite possible avec lui, afin de porter secours à tous ces démunis. Et moi, je résiste, je réclame six petits jours supplémentaires de vie de couple tranquille dans notre maison. Comme si j’avais déjà donné suffisamment, je veux que notre couple vive enfin un peu égoïstement. Et peu m’importent maintenant la faim, le froid des autres. Toujours il a fallu sacrifier notre vie de famille à « une bonne cause ». D’abord l’indépendance de l’Algérie, quand nous étions jeunes mariés. Que de fois Jean a-t-il fait la navette entre Paris et Tunis, entre 1959 et 1961, alors que notre premier-né venait de naître... »

2 - « Parmi les grands moments surgissent aussi dans ma mémoire Bouhamama et Souk-el-Ténine. Nous avons fait, dans chacun de ces lieux, une excursion à chaque fois mémorable, quatre-vingts élèves réparties en deux cars. La plupart, citadines, découvrent en 1964, pour la première fois, parmi les lieux les plus enchanteurs de leur pays : le Chélia, fleuron des Aurès, avec ses 2.807 mètres, recouvert de cèdres majestueux dont certains ont sans doute pris racine en même temps que les conquérants romains. Elles découvrent Souk-el-Ténine, près de Bougie, avec ses fonds marins si transparents couleur turquoise, où viennent tremper les pieds de la montagne qui surplombe les plages immaculées de sable fin. Aucun touriste, à l’époque, ne vient troubler ces lieux « des premiers jours ».

Certes, la guerre a passé dans les Aurès, comme en témoignent les ruines de quelque fort abandonné sur un piton, ou la surface pelée d’un mamelon passé au napalm, ou encore un enclos de barbelés insolites, témoins d’une page qu’ont tournée nos élèves, pour la plupart encore très jeunes pendant la guerre. Elles sont là, dans le froid vif de l’altitude, le regard tourné vers les larges horizons du Sud dans la brume et vers leur avenir plein de promesses. »

Née en 1936 dans une famille protestante, Marguerite Carbonare poursuit des études de lettres classiques à Besançon et Grenoble, et part avec son mari, Jean Carbonare, en Algérie où elle sera professeur de français de 1961 à 1975, puis au Sénégal de 1975 à 1987.

Elle enseignera bénévolement quelques mois au lycée de Kigali après le génocide. Tout au long de ces années africaines, elle accompagne son mari dans des combats exaltants, mais parfois difficiles, contre la pauvreté et pour la justice. Elle vit actuellement à Dieulefit dans la Drôme.


ISBN : 978-2-296-56848-8 • avril 2012 • 206 pages

Prix éditeur : 19,00 €

Version numérique : 15, 00 €

0 vote
Mis en ligne par Bruno Gouteux
 8/05/2012

Vos commentaires

Nouveautés sur le Web 

 cette semaine: 54 articles référencés

NICARAGUA. Un arsenal juridique répressif contre toute critique et contre toute (...)

  26/02 | Depuis 2018, le Collectif de solidarité avec le peuple du Nicaragua (CSPN) s’efforce de faire circuler l’information sur la situation des (...)

En défense du Programme national des Droits humains

  26/02 | Communiqué des organisations et mouvements brésiliens en faveur du retrait de l’ordonnance 457/2021 du ministère de la Femme, de la Famille (...)

(Les Disputaisons) De la prose ou du vers, avant toute chose ?, 12. Bruno Fern

  26/02 | De la prose ou du vers, avant toute chose ? C’est, en poésie, un vieux débat ; une vieille dispute. On connaît le refrain, un peu malmené (...)

(Note de lecture), Leslie Kaplan, L’Aplatissement de la Terre suivi de Le Monde et son (...)

  26/02 | Le monde marche à l’envers. Il tend à s’écraser, et avec lui les hommes et les mots, les sons et les formes, affreusement platistes. Si (...)

(Note de lecture), Cécile Guivarch, C'est tout pour aujourd'hui, par Stéphane (...)

  26/02 | Les linges suspendus, quelque part au jardin ou à vos fenêtres. Vous viviez à vous saluer d’un bout à l’autre, écrire les vies qui passaient, (...)

(Anthologie permanente) Gérard Berréby, Le Silence des mots

  26/02 | Gérard Berréby publie Le Silence des mots aux éditions Allia. 1. le temps s’étend vivant absent je ne sais pas je ne sais plus l’homme (...)

Un congrès fondateur

  26/02 | Décembre 2020, le centième anniversaire du Congrès de Tours, décembre 1920, n’a pas suscité beaucoup de commentaire. Le déclin du PCF, (...)

À la mémoire de Joseph Ponthus

  26/02 | L'écrivain Joseph Ponthus nous a quittés, emporté par un cancer à l'âge de 42 ans. Illaisse derrière lui un unique roman, À la ligne (...)

Hommage à Philippe Jaccottet

  26/02 | Le poète suissePhilippe Jaccottet est mort à Grignan le 24 février 2020, à l’âge de 95 ans .De son écriture, on retiendraune forme intense (...)

Les femmes resteront dans nos lignes

  25/02 | Dans nos livres, les manifestantes continueront de manifester, les ouvrières feront toujours grève, les caissières se rebelleront. Elles (...)

Haïti : appel à la solidarité de la société civile internationale !

  25/02 | GROUPE DE REFLEXION – FPSPA, Port-au-Prince, le 22 février 2021 Le 4 février 2021, à l’approche de l’expiration constitutionnelle du mandat (...)

(Disparition) Philippe Jaccottet

  25/02 | Ce peu de bruits, dans le silence croissant, mais presque les mêmes chez Senancour, chez Leopardi, chez Kafka — courant dans le même sens (...)

Les articles 67

IMG: Un livre est lancé à la mer Un livre est lancé à la mer. Eugénie B. et les éditions Izuba ont le plaisir de vous annoncer la parution d’« Un livre à la mer, Autobiographie d’une métisse (...)
IMG: Les collines se souviennent - Lancement du livre à Gatineau Les éditions Izuba ont le plaisir de vous annoncer le lancement du livre Les collines se souviennent - Les rescapés de Bisesero racontent leur résistance, (...)
IMG: Colloque : Génocide contre les Tutsi à Bègles Colloque citoyen : Génocide contre les Tutsi Rwanda 1994 - 800 000 morts en 100 jours Sommes-nous concernés ?
IMG: « Les collines se souviennent » - Lancement du livre à Kigali « Madamu Jeannette Kagame yitabiriye imurikwa ry’igitabo “Les collines se souviennent” cya Dr Gasana Oscar, kigaruka ku butwari bw’Abanyabisesero muri Jenoside (...)
IMG: Les collines se souviennent Les éditions Izuba ont le plaisir de vous annoncer la sortie du livre Les collines se souviennent - Les rescapés de Bisesero racontent leur résistance, deux (...)
Diogène Bideri présente son livre « Rwanda1994, La couleur d’un génocide » à la Librairie publique de Kigali le 14 juin 2019 à 18 (...)
 Izuba | 2002 · 2021