La France en guerre au Mali : enjeux et zones d’ombres

La rédaction - 21/06/2013
Image:La France en guerre au Mali : enjeux et zones d'ombres

Opération Serval
Enjeux et les dérives de cette guerre française au Mali

Le 10 janvier 2013, François Hollande engage l’armée française au Mali pour enrayer une offensive de groupes armés qui occupaient les deux tiers du pays, provoquant le soulagement compréhensible des Maliens.

La propagande déployée par l’armée et le gouvernement français pour défendre le bien-fondé et la légalité de son « Opération Serval », préparée de longue date malgré les discours plaidant pour l’intervention d’une « force africaine », est alors relayée par la plupart des médias.

Pourtant l’utilisation du paravent de l’ONU par la France, son rôle autoproclamé de « gendarme de l’Afrique », le recours à des forces supplétives de la Cedeao et du Tchad, les liens ambigus avec le groupe armé du MNLA, la marginalisation des Maliens dans la conduite des opérations militaires et dans les décisions politiques qui concernent l’avenir de leur pays figurent parmi les nombreuses zones d’ombres de cette opération.

Ce livre est le fruit d’une enquête de plusieurs mois pour faire la lumière sur les enjeux et les dérives de cette guerre française au Mali.

Table des matières

Introduction

Une offensive éclair

La nécessité d’exprimer une voix critique

Partie 1 : la génèse de la crise et de l’intervention de la France

Le Mali

Repères historiques sur la relation franco-malienne

Le Mali, une « vitrine » démocratique qui a volé en éclats

Une implication liée à la préservation des intérêts économiques français

Les responsabilités de la France dans l’instabilité du Nord du Mali

La « lutte contre le terrorisme » : à géométrie variable

Partie 2 : une guerre française

Une guerre de reconquête préparée de longue date

Une opération de promotion du dispositif militaire de la France en Afrique

Le Président, les militaires et les ministres à la manœuvre, le parlement à la traîne

Les médias français vecteurs de la propagande de l’armée

Partie 3 : habillage multilatéral et cautions africaines

L’ONU sous influence française

La Cedeao, caution africaine de l’intervention

La légitimation de la dictature tchadienne

La France, gendarme de l’Afrique pour l’Union européenne

Partie 4 : un Mali sous tutelle et toujours instable

Les atteintes aux droits

La mise sous tutelle politique du pays

Le soutien de la France à un projet autonomiste

Le mirage de la reconstruction « dans l’intérêt des Maliens »

Mise sous tutelle du Mali et militarisation de la région

Conclusion

Postface par Issa Ndiaye

Chronologie (janvier 2012 - avril 2013)

Edition Tribord, 249 pages, 7 €

Ouvrage collectif de l’association Survie coordonné par Juliette Poirson et Fabrice Tarrit

Postface du professeur Issa Ndiaye.

L’équipe Izuba
Vous voulez :
• Proposer un article ;
Demander des informations sur notre activité, notre collectif ;
Signaler un contenu problématique (articles ou sites référencés, textes publiés par les auteurs) (merci de bien nous préciser l’adresse (url) de la page concernée) ;
Participer à « la vie » du site (devenir administrateur d’une rubrique [dossier, info pays, ...] ;
• ... ou tout simplement nous poser une question ou nous signaler un dysfonctionnement,
utilisez le formulaire ci-dessus.
Vous recevrez une réponse rapidement.
Merci.
— L’équipe Izuba


Pour contacter les Éditions Izuba et proposer un manuscrit, c’est ici
 21/06/2013

 Vos commentaires

Articles référencés 

Le contrôleur général de Police Soulaimane Traoré, directeur général de la Police nationale : « La peur et l’insécurité doivent changer de camp (...)
24/09/2021
Dr Souleymane Berthé, directeur général de l’Agence des énergies renouvelables du Mali : « Nous devons exploiter les énergies renouvelables pour booster notre (...)
24/09/2021
Modibo Kéïta, ministre du Développement rural : « Les ADRU sont des pôles de croissance agricole… »
24/09/2021