Pétition : M. Hollande, ne recevez pas Ali Bongo !

La rédaction - 28/06/2012
Image:Pétition : M. Hollande, ne recevez pas Ali Bongo !

« M. Hollande, ne cautionnez pas la dictature gabonaise »
Mettre fin à la Françafrique

"Monsieur le Président de la République, en campagne, vous vous étiez engagé à mettre fin à la Françafrique.

Suite à cette promesse, nous vous demandons un acte simple et sans ingérence qui enverrait un signal fort pour la démocratie :

Ne recevez pas de dictateur, ne recevez pas Ali Bongo."

Vous pouvez signer et diffuser largement la pétition initiée par l’association Survie sur le site Avaaz.org pour demander à François Hollande de ne pas recevoir Ali Bongo, le 5 juillet (cette visite n’est pas encore officiellement confirmée).

Plus elle est signée vite, plus elle a des chances d’avoir une grande visibilité ! Merci de la diffuser largement afin de peser le plus vite possible !

M. Hollande, ne cautionnez pas la dictature gabonaise en recevant Ali Bongo !

Pourquoi c’est important

Depuis 1967, le soutien politique et militaire français a permis à Omar Bongo de se maintenir en échange de l’accès au pétrole et à l’uranium du pays et du financement des partis politiques français de tous bords, comme le révéla la célèbre Affaire Elf.

Il fut un dictateur brutal qui détourna une part importante des revenus pétroliers du pays.

Son fils Ali Bongo, mis en cause en France dans l’affaire des Biens mal acquis et arrivé au pouvoir en 2009 à la suite d’élections truquées et de violences, suit le même chemin.

La répression et les emprisonnements à l’encontre des étudiants et des membres des partis d’opposition et de la société civile au début du mois de juin en témoignent une nouvelle fois.

Le Parti Socialiste français a dénoncé le soutien français à Ali Bongo depuis 2009.

En campagne, François Hollande lança « je veux que le 6 mai soit une bonne nouvelle pour les démocrates et une terrible nouvelle pour les dictateurs » et s’est engagé à mettre fin à la Françafrique. Pourtant, contre toute attente, il a prévu de recevoir le dictateur gabonais le 5 juillet.

Pour concrétiser la République irréprochable qu’il a promise et pour apporter un réel soutien aux démocrates gabonais qui se mobilisent pacifiquement au Gabon, François Hollande ne doit pas apporter de caution diplomatique au régime dictatorial gabonais.

Ne pas recevoir Ali Bongo, c’est un acte simple et sans ingérence qui envoie un signal fort pour la démocratie et un premier pas vers la fin de la Françafrique.

L’équipe Izuba
Vous voulez :
• Proposer un article ;
Demander des informations sur notre activité, notre collectif ;
Signaler un contenu problématique (articles ou sites référencés, textes publiés par les auteurs) (merci de bien nous préciser l’adresse (url) de la page concernée) ;
Participer à « la vie » du site (devenir administrateur d’une rubrique [dossier, info pays, ...] ;
• ... ou tout simplement nous poser une question ou nous signaler un dysfonctionnement,
utilisez le formulaire ci-dessus.
Vous recevrez une réponse rapidement.
Merci.
— L’équipe Izuba


Pour contacter les Éditions Izuba et proposer un manuscrit, c’est ici
 28/06/2012

 Vos commentaires

Articles référencés 

Situation épidémiologique du vendredi 24 septembre 2021
25/09/2021
Situation de la vaccination au jeudi 23 septembre 2021
25/09/2021
UMAC/PREF-CEMAC - Le Gabon présent à la réunion de Douala
25/09/2021