Prix du carburant au Cameroun : les exigences des consommateurs

RACE - 10/09/2012
Image:Prix du carburant au Cameroun : les exigences des consommateurs

Communiqué du RACE
Réajustement à la hausse des prix du carburant...

Devant la levée de bouclier générale et sous la pression de la société civile, le gouvernement n’a pas osé procéder le 1er Août 2012, comme initialement prévu, au réajustement à la hausse des prix du carburant à la pompe.

En d’autres termes, « l’inéluctable » suppression des subventions publiques sur les produits pétroliers a finalement été reportée sine die.

L’accès à l’énergie est un droit essentiel et inaliénable !

C’est un indéniable recul, nonobstant les élucubrations de M. Grégoire OWONA, Ministre du Travail et de la Sécurité Sociale, qui continue de claironner le caractère prétendument « nécessaire et inévitable » de cette décision. Les forces sociales ont marqué un point inhabituel et significatif dans ce lancinant bras de fer.
Toutefois, loin d’être naïfs, nous savons qu’en dépit de l’impopularité de cette mesure et de l’échec évident de sa propagande, menée tambours battants avec l’aide des médias d’Etat, le gouvernement n’a pas renoncé à ce projet inique.

En tout état de cause, le RACE et l’ensemble de la société civile réaffirment leur ferme opposition à la hausse des prix du carburant au Cameroun. D’ailleurs, la position insensée des autorités sur cette question a eu pour effet de radicaliser et renforcer le « Front citoyen de refus » contre cette initiative antisociale, dictée par le FMI et la Banque mondiale.

Comme nous l’avons démontré ces dernières semaines, notre détermination à faire barrage à ce projet est sans faille et nous mettons vivement en garde les pouvoirs publics contre les conséquences de la « stratégie du fait accompli ». Une décision unilatérale sur les prix du carburant entrainera inéluctablement une explosion sociale.

Qui plus est, la parodie de « dialogue social » récemment organisée par le gouvernement, n’a abouti à aucun résultat concret. Toutes les réunions de concertation et autres conciliabules avec les syndicats et les organisations de défense des droits des consommateurs se sont soldées par de simples effets d’annonces destinées aux médias. Jusqu’à présent, le gouvernement a été incapable de dévoiler les pseudo-mesures d’accompagnement promises à chacune de ces rencontres.

A ce jour, nos revendications demeurent les mêmes. En plus des exigences de transparence sur la gestion de la rente pétrolière nationale et l’affectation de l’argent du pétrole, nous demandons l’amélioration du niveau de vie du consommateur par le relèvement de son revenu disponible et l’infléchissement durable de la courbe ascendante des prix à la consommation.

Plus concrètement, nous réclamons en contrepartie : le revalorisation du SMIG à 75.000 FCFA ; l’augmentation de 75% des salaires des fonctionnaires et des petits salariés du privé ayant un revenu brut inférieur ou égal à 100.000 FCFA ; l’instauration d’un « Revenu de solidarité nationale » de 25.000 FCFA pour chaque citoyen Camerounais au chômage, âgé d’au moins 25 ans ; enfin, pour impacter plus sérieusement le pouvoir d’achat du consommateur, nous proposons de ramener de 19,25% à 10% la TVA sur tous les produits et services de première nécessité, dont la liste sera homologuée par le gouvernement, en concertation avec les partenaires sociaux représentatifs.

La satisfaction préalable de chacune de ces revendications, que nous venons par une correspondance itérative d’adresser au gouvernement, est la condition sine qua non à l’entame de toute discussion sur une éventuelle remise en cause des subventions sur les produits pétroliers.

Pour le financement de cet exceptionnel train de mesures, il suffit aux pouvoirs publics de décider enfin d’une répartition équitable des énormes revenus du pétrole au bénéfice de chaque Camerounais. C’est une simple question de justice sociale.
En attendant cette perspective idyllique, nous appelons les consommateurs et toutes les organisations partenaires du RACE à rester mobilisés et vigilants.

L’accès à l’énergie est un droit essentiel et inaliénable !

Fait à Douala, 11 Août 2012

Pour le Bureau Exécutif du RACE

Paul Gérémie BIKIDIK, Président
Jean Baudelaire BELENGUE, Secrétaire Général Adjoint
Clément JOU MOUAFO, Membre du Bureau

Illustration : Wikimedia,Plate-forme pétrolière, politique de copyright de la NASA.

RACE | Réseau Associatif des Consommateurs de l’Energie

« L’accès à l’énergie est un droit essentiel et inaliénable ! »

Le Réseau Associatif des Consommateurs de l’Energie (RACE) est un collectif d’associations et de particuliers ayant en commun l’intérêt pour la question de l’accès de chaque citoyen camerounais à toutes les formes d’énergies essentielles. Nos préoccupations se portent également sur la gestion des ressources énergétiques fossiles et la protection de l’environnement du Cameroun et de la sous-région Afrique Centrale.

Créé en juin 2006, le RACE est une organisation à but non lucratif vouée à la défense des droits et à la protection des intérêts économiques et sociaux des consommateurs de l’énergie.

 10/09/2012

 Vos commentaires

Articles référencés 

Le Maroc reçoit plus de 61 millions de doses depuis le 22 janvier dernier
24/10/2021
Miss Cameroun 2022 : une candidate ayant démissionné évoque des pratiques ésotériques au COMICA
23/10/2021
RDC : l’UA invitée à une action urgente contre la déforestation massive
23/10/2021