La main qui a exécuté le célèbre colonel viendrait de l’intérieur du pouvoir

RDC : Mamadou Ndala, assassiné par l’armée congolaise ?

La RDC serait-elle à un tournant de son histoire ?

La version officielle de Kinshasa, qui indique les rebelles ougandais de l’ADF-Nalu comme les auteurs du meurtre du colonel des Forces Armées (FARDC) Mamadou Mustafa Ndala, ne tient pas la route.

Un faisceau d’indices convergents suggère, au contraire, la participation de soldats de l’armée régulière congolaise à l’assassinat du patron des Unités de réaction rapide (URR). Ils auraient, selon nos sources, obéit aux ordres d’un officier proche du chef de l’Etat.

Personne n’y avait cru. Lorsque le jeudi 2 janvier en fin de journée, Lambert Mende Omalanga, porte-parole du gouvernement de la République démocratique du Congo, faisait état de la responsabilité des rebelles ougandais des ADF-Nalu dans la disparition violente du colonel des Forces Armées (FARDC) Mamadou Mustafa Ndala, tué quelque heures auparavant lorsque il était à bord de sa jeep sur la route reliant Beni à Eringeti, dans le Nord-Kivu, sa déclaration n’avait pas fait que des émules, au contraire. Et cela malgré les fonctions nouvellement attribuées à Ndala, qui avait été chargé, à la tête de ses Unités de réaction rapide (URR), de partir à la chasse des ADF.

Mis à part Mende, dont les affirmations avaient été distillées sur le petit écran avec un ton faussement décontracté qui cachait mal son embarras, aucune autre haute autorité du pays n’était intervenue pour dissiper le malaise auprès d’une population à la quelle on avait voulu faire croire que ce colonel, originaire de la province de l’Equateur, était le héros de la prétendue « victoire » sur les troupes du M23.

Pointer le doigt sur les ADF, dont les miliciens n’ont jamais était présents dans cette zone située à une dizaine de kilomètres de Beni, totalement sous contrôle des forces régulières, a rendue immédiatement suspecte la version officielle. D’autant que ce genre d’action ne rentre pas dans la stratégie de ce groupe, qui occupe la plupart des localités dans la chefferie de Watalinga, où il est aussi installé en bonne entente avec les communautés nande qui y habitent. Les moyens logistiques, de renseignements et opérationnels de celle qui demeure une petite milice à l’armement léger ne lui auraient pas permis non plus de mener avec succès une initiative si audacieuse en territoire “ennemi”.

A ces remarques s’ajoutent le jour suivant les déclarations du garde du corps du célèbre Mamadou, de nom Paul Safari, rescapé miraculeux de l’accident. Dans une interview à Radio Okapi, le militaire témoigne sans hésiter que les assaillants portaient l’uniforme des FARDC :

« J’ai bien vu, ce sont des tenues des FARDC. Je n’ai pas compris. J’ai fui et ils m’ont poursuivi sans relâche jusqu’à une certaine distance. Ils m’ont manqué dans la forêt. Là encore, j’ai revérifié leur habillement et je me suis rendu compte que c’étaient nos tenues. Franchement, ce ne sont pas les ADF-Nalu qui nous ont attaqués. Et c’est ce qui me fait plus mal. Faut-il penser à un montage ? »

En ce qui concerne l’arme du crime aussi, les doutes fusent. Selon la version gouvernementale, il s’agirait d’une roquette qui aurait visé de plein fouet le colonel. Mais le corps de quelqu’un atteint par un RPG7 ne se trouve certes pas dans l’état presque intègre dans lequel on voit distinctement celui de Ndala dans la vidéo qui a commencé à circuler sur Youtube et les réseaux sociaux peu après cet épisode controversé. La cabine de guide de la jeep, où l’officier se trouvait, n’a pas été détruite par le projectile, ce qui est inconcevable si l’on considère la force de nuisance du projectile. Le véhicule aurait au moins dû être renversé ou déplacé de travers dans la chaussée. Ce dernier est par contre garé au bord de la route, comme si le chauffeur avait arrêté volontairement la course. Des militaires, que les occupants de la jeep connaissaient, ont-ils fait signe au conducteur de serrer à droite et d’arrêter la jeep, avant d’abattre à bout portant le haut gradé et ses gardes du corps, sauf Safari, qui arrive à s’enfuir ?

Logiquement, le colonel Mamadou a été éliminé pour avoir voulu se prêter à un jeu plus grand que lui. Quand la mise en scène de la montée en puissance des FARDC a été concoctée par le duo Ladsous-Kobler – respectivement patron du Département des opérations de maintien de la paix des Nations Unies et chef de la mission onusienne en RDC – cet ancien militaire de Jean-Pierre Bemba Gombo au sein de l’armée du MLC a bien voulu se prêter à jouer le rôle du sauveur de la patrie. Et faire oublier les revers subis face aux brigades du M23, comme en août 2012, quand il avait été obligé de quitter avec précipitation le front de Bunagana pour s’abriter en Ouganda alors qu’il était poursuivi par les hommes de l’ARC, branche armée du M23 !

Cependant, son ascension n’était pas pour plaire à tout le monde, notamment dans les hautes sphères de la maison militaire du président Kabila. Celui-ci venait d’envoyer à Beni un contingent des FARDC pour, dit-on officiellement, soutenir l’effort de guerre du vaillant Mamadou contre les ADF.

L’un des chefs de ce contingent est le colonel Mundos, un militaire kivutien d’origine hunde, spécialisé en basses œuvres pour le compte du régime. C’est lui que nos sources de Kinshasa indiquent comme le commanditaire probable de l’exécution du « héros national ».

Pièce par pièce, et après la féroce répression qui a coûté la vie à 140 militaires qui revendiquaient leur solde la veille du jour de l’an (on y viendra dans une prochaine dépêche), le théâtre d’ombres où la fausse victoire des FARDC a été mise en scène est en train de se démonter tout seul. Comme l’état de grâce artificiel d’un pouvoir de plus en plus fragilisé et visiblement en proie à des convulsions internes.

La RDC serait-elle à un tournant de son histoire ?

L’Agence d’information - samedi 4 janvier 2014
http://www.lagencedinformation.com/055-mamadou-tue-par-les-siens.html


La manipulation de Direct.cd sur l’assassinat du colonel Mamadou

Il est ainsi intéressant de noter que la rédaction du site Direct.cd titre, le 3 janvier : « Le M23 derrière l’assassinat du Colonel Mamadou Ndala ? ».

Tentative de manipulation évidente, rien dans l’article de Direct.cd ne permettant d’attribuer au M23 cet assassinat. Au contraire, Direct.cd rappelle que « le gouvernement a affirmé que l’embuscade a été tendue par la rébellion ougandaise Alliance des forces démocratiques et de l’Armée nationale pour la libération de l’Ouganda (ADF-Nalu) » avant de conclure sur le témoignage du caporal Paul Safari, qui affirme avoir « vu deux des assaillants, et ils portaient l’ancienne tenue verte des FARDC (forces armées de la RDC) ».

C’est une technique de désinformation et de manipulation assez basique - les lecteurs s’arrêtant trop souvent au titre d’un article, censé rappeler l’information principale, comme le montrent les études d’« eye tracking » [1] : le titre d’un article, c’est « l’essentiel en un coup d’oeil ».

« Les qualités d’un bon titre découlent des fonctions qu’il doit remplir », rappelle ainsi Yves Agnès dans son Manuel du Journalisme. La fonction que doit remplir le titre de l’article de la rédaction de Direct.cd que nous citons ci-dessus est ainsi évidente : manipuler le lecteur et le désinformer au sujet de l’assassinat du Colonel Mamadou Ndala, en l’attribuant, malgré ce que l’on peut lire dans le contenu de l’article, au M23...

Grossière manipulation.

S.C

A voir sur Direct.cd.

A lire : La grossière manipulation de Direct.cd sur la mort du colonel Mamadou

0 vote
Mis en ligne par La rédaction
 6/01/2014

[1technique qui permet l’enregistrement des mouvements des yeux, notamment lors de la lecture d’une page internet

Vos commentaires

Nouveautés sur le Web 

 cette semaine: 209 articles référencés

Maroc : Lancement du projet de généralisation de la protection sociale

  15/04 | Le Roi Mohammed VI a présidé, ce mercredi à Fès, la cérémonie de lancement de la mise en œuvre de ce grand projet et de signature des (...)

Le Maroc suspend les vols avec la Tunisie

  15/04 | Les vols de passagers en provenance et à destination de la Tunisie seront suspendus à partir du 15 avril 2021, et ce jusqu'à nouvel (...)

Côte d’Ivoire : la prison à vie requise contre Amadé Ouéremi

  15/04 | Le parquet du Tribunal criminel d'Abidjan a requis mercredi la prison à vie et le paiement d'une amende de 100 millions FCFA (...)

Assemblée nationale : Bictogo, Guikahué et Armand Ouégnin désignés vice-présidents

  15/04 | Le bureau de l'Assemblée nationale ivoirienne pour la législature 2021-2025 a été constitué mercredi avec comme président Amadou (...)

RDC : le comité de conjoncture économique note une diminution du volume des exportations (...)

  14/04 | Par CAS-INFO Le Premier Ministre sortant Ilunga Ilunkamba a présidé ce mercredi 14 avril 2021 à la Primature, la réunion hebdomadaire du (...)

Umaro Sissoco Embaló au Congo

  14/04 | Le président bissau-guinéen est invité à la prestation de serment de son homologue Denis Sassou Nguesso.Umaro Sissoco Embaló est arrivé ce (...)

RDCongo : la société civile du Nord-Kivu stigmatise l’armée, après les casques (...)

  14/04 | La Coordination provinciale de la société civile « Forces vives du Nord-Kivu » a publié une déclaration à l’issue d’une réunion mardi à Goma (...)

Forum mondial de l’eau de Dakar : une préparation décloisonnée

  14/04 | Divers acteurs intervenant dans l'organisation du 9e forum mondial devant se tenir à Dakar annoncent une préparation décloisonnée.« Le (...)

Covid-19 : Pretoria suspend le vaccin Johnson & Johnson

  14/04 | La décision a été prise après la découverte de caillots sanguins chez six personnes vaccinées aux États-Unis.L'Afrique du Sud a suspendu (...)

RDC : les évêques catholiques invitent les nouveaux ministres à éviter « les détournements et les (...)

  14/04 | Par CAS-INFO Le secrétaire général de la CENCO, abbé Donatien Nshole, était ce mercredi 14 avril devant la presse nationale et (...)

RDC : le nouveau gouvernement suscite inquiétude et espoir

  14/04 | Le président Félix Tshisekedi a mis du temps à mettre en place son nouveau gouvernement. Dans un entretien avec APA, son compatriote Ivan (...)

RDC - Nouveau gouvernement : Félix Tshisekedi nomme des femmes à des postes stratégiques

  14/04 | Aux Mines, à la Justice, au Portefeuille... Félix Tshisekedi a confié des maroquins importants à des femmes. L'une d'elle – Eve (...)

Les articles 58

IMG: Quels langues et langages pour écrire l'Afrique d'aujourd'hui ? Autour de la pensée de Ngugi wa Thiong’o. Quels langues et langages pour écrire l’Afrique d’aujourd’hui ? Politique linguistique, traduction et adaptation. (...)
Aujourd’hui, dimanche 21 janvier 2018, on tue à Kinshasa. C’est à la mitrailleuse que l’armée tire sur la foule descendue dans les rues pour contester le régime (...)
IMG: RDC : Beni, le mur de la peur et de l'omerta se brise Pendant un an et demi dans le grand nord du Nord-Kivu, les populations, terrorisées, ont subi le martyre en silence et les élus de la province se sont tus. (...)
IMG: RDC : Le carnage et la révolte Au troisième jour de mobilisation de la population, à Kinshasa et dans l’Est du pays, contre une loi qui permet au chef de l’Etat de rester au pouvoir au-delà (...)
« La police tire à balles réelles sur tous ceux qui sont descendus dans la rue. Les événements prennent la tournure d’une insurrection populaire. » « La police (...)
IMG: Ouganda : M23 - Tentatives échouées de rapatriement forcé Une violation du droit international Malgré l’intervention musclée des forces ougandaises dans le camp militaire de Bihanga, les jeunes militaires de (...)
 Izuba | 2002 · 2021