Les éditions Izuba ont le plaisir de vous annoncer la parution de La chanson de l’aube, 
roman historique de Vénuste Kayimahe, disponible depuis le 27 mars 2014.

A l’occasion de la sortie de son roman – et dans le cadre des 20e commémorations du génocide des Tutsi – Vénuste Kayimahe effectue une série de rencontres et de présentations en France et en Belgique.

En France

Le jeudi 24 avril à 19 heures

à L’IREA –  Maison de l’Afrique (7 rue des Carmes, 75005 Paris)

Le vendredi 25 avril, à 19 heures

à la librairie Lady Long Solo (38 rue Keller, 75011 Paris)

Le samedi 26 avril, à 16 heures

à la librairie La Malle aux histoires (80, avenue Jean Lolive, 93500 Pantin)

Le vendredi 9 mai, à 19h30

à la librairie Envie de lire (16 rue Gabriel Péri, 94200 Ivry-sur-Seine)

 

En Belgique

Librairie Libris-Agora

Samedi 3 mai 2014 à 16h
40-42 avenue de la toison d’or
1050 Bruxelles

à la Bibliothèque G. Orwell

Le mercredi 7 mai à 18h
Place Xavier Neujean, 22
4000 Liège

Librairie Maelstrom

jeudi 8 mai 2014 à 18h
364 chaussée de Wavre
Piétonnier Place Jourdan
1040 Etterbeek, Bruxelles
Quartier Jourdan

Vénuste Kayimahe est écrivain, traducteur et éditeur. Ancien employé du Centre Culturel français à Kigali et rescapé du génocide des Tutsi, il est l’auteur d’un précédent livre-témoignage, France-Rwanda : les coulisses du génocide, témoignage d’un rescapé, publié en 2002 (Dagorno), qui donnera lieu, avec la collaboration de Robert Genoud, à un documentaire, Rwanda – Récit d’un survivant (Les films du village, 2002).

La Chanson de l’aube – Vénuste Kayimahe

La chanson de l’aube est un hymne aux couleurs de la vie, des plus sombres aux plus vives, qui, dans une langue forgée au feu de l’expérience de rescapé, puise dans la fiction romanesque les ressources permettant de rendre audible l’indicible.

Le Rwanda, avant, pendant et après le génocide à travers l’histoire de Laurien, cet enseignant qui a eu un peu trop de chance dans sa vie : un mariage heureux avec Mireille, deux magnifiques enfants et un métier qui lui assure un avenir meilleur que celui de ses parents.
Pourtant, Laurien s’inquiète. Ses voisins le regardent avec une jalousie grandissante. Et ce qui n’était qu’une inquiétude diffuse se mue en peur.
Il sent le danger grandir autour de lui et des siens. Il a peur de ces autres qui ont de la haine dans le regard et de plus en plus de violence en eux.
Et puis vient le génocide. Il faut lutter mais il est difficile de conserver cette envie de vivre au milieu de tant d’horreurs. L’horreur qui est partout et qui semble ne jamais finir. Et lorsque l’on croit avoir vu le pire, il nous attend un peu plus loin.

Un récit d’une rare beauté où le génocide est présenté avec un grand réalisme, où le pire côtoie le meilleur, où l’amour se mêle à la haine et où le merveilleux des croyances anciennes fréquente la plus cruelle vérité.

C’est aussi et surtout un roman où la fiction, parfois entrecoupée de récits factuels sur la guerre qui a accompagné cette tragédie, permet de prendre la mesure de ce qu’a été le génocide et le traumatisme qu’il a engendré, depuis sa mise en place jusqu’à ses conséquences dans le quotidien des Rwandais.

ISBN 979-10-93440-06-4
123,5 x 221 cm – relié
472 pages – 24 €